Dérailleurs

Plan vélo : grosse annonce, petit braquet

En intitulant son article « Le Plan vélo ne convainc pas les associations », Le Monde daté du 31 janvier résumait bien l’état d’esprit des associations après l’annonce par le gouvernement du « Plan Vélo », dont l’objectif affiché est de porter la part modale à 10% en 2020, contre 3% aujourd’hui. Soit toutes les villes françaises au niveau de Strasbourg. On peut rêver…

La mesure la plus médiatisée est la généralisation du droit pour les maires de faire installer les fameux « tourne-à-droite » aux carrefours à feux. Enfin ! Comme les double-sens cyclables, cet aménagement ne fera que légaliser une pratique bien connue de tous les cyclistes urbains. Là encore, quelques automobilistes grincheux ou surpris vont pester au début, mais l’usage entrera logiquement dans les mœurs. D’autres mesures annoncées (mais insuffisamment chiffrées et planifiées comme l’a fait remarquer Geneviève Laferrière, présidente de la FUB) méritent d’être signalées, telles que l’augmentation de 1,5 Mo € du budget des voies vertes, ou la norme de 1,5 m2 de local vélo pour un appartement neuf de type T3 … Quant à l’indemnité kilométrique pour les « vélotafeurs », une mesure symboliquement importante, elle est remise à plus tard.

On est donc loin de l’ambitieux Plan vélo annoncé les jours précédents dans la presse, et il faudra beaucoup plus de volonté politique pour amener la France au niveau de certains de ses voisins européens.

2 commentaires sur Plan vélo : grosse annonce, petit braquet

  • sierra

    Les politiques se mettrons à penser vélo quand la masse sera déjà sur des vélos, gouverner c’est prévoir ils ne prévoient rien ou cela ce saurait, frileux sur bcp de décision ils n’en prennent que si ça leurs fait gagner qqs voix, un seul truc ou ils vont vites à prendre des décisions c’est sur l’augmentation de nos impôts là ils sont tous d’accords normal ils en vivent, bref si il faut attendre nos hommes politiques… Mais bon si on les sensibilisent, si on leur fait voir la voix à suivre, force de proposition on peut arriver à qq chose, mais ils sont quand même bien loin de la réalité de notre pensée, de nos besoins, car influencés par les lobby. Le vélo c’est bien on en est persuadés mais ça ne rapporte qu’au peuple pas aux industries, moins de pollution, pas de nuisances sonores, moins de Sécu, bonne forme physique pour le travail plus tonique que le caissard, pas fumeur en général, fait vivre les commerces de quartier, on peut vu les économie sur le transport, moi je fait 60€ d’économie par semaine en mettant un cout au km à 0.30€ quel manque à gagner en taxes pour notre pays.

  • Jérôme

    Tout à fait d’accord.
    Mais à mon avis la mesure la plus simple de ce plan vélo aurait dû être : appliquer et faire appliquer tous les textes et recommandations existants favorables au vélo.
    En effet, si depuis, disons 10/15 ans, les lois (loi sur l’air, application stricte des scot, plu et pdu), les règlements (code de la route) et les recommandations (du CERTU sur les aménagements cyclables en particulier) avaient été appliqués par les gestionnaires de voirie, et si cette application avait été contrôlée par l’état (préfets) comme le voudrait la règle républicaine, ce « plan vélo » serait peut-être inutile…
    Donc : messieurs (et parfois mesdames) les élu(es) et autres gestionnaires de voirie et représentant(es) de l’état : arrêtez les plans de communications et passez aux travaux pratiques en appliquant ce que vous dites vouloir faire…