Dérailleurs

Tourne-à-droite : erreur de communication

Depuis lundi 3 septembre à Caen, les services de la voirie installent les panneaux « tourne à droite » aux différents carrefours retenus pour application de cette nouvelle disposition du code de la route. Il n’aura pas fallu longtemps pour que recommence ce que l’on a vécu avec les double-sens cyclables, à savoir une communication biaisée de nature à induire en erreur le public et à monter une partie de la population contre les cyclistes.

Par exemple, Ouest-France (vendredi 7/09) parle de « … l’autorisation de franchissement des feux rouges par les cyclistes … » et la palme revient à Côté Caen qui titre le 31/08, à peine racoleur, « A caen, les cyclistes pourront griller les feux rouges » et persévère le 8/09 avec ce titre « Vélos dispensés de feux rouges : vos réactions ». Si l’intention était de monter l’opinion contre les cyclistes, c’est particulièrement réussi, sachant qu’une bonne partie des lecteurs ne lit que les titres et ne s’intéresse que peu au fond de l’article. Seul France 3 (7/09) trouve grâce à nos yeux « Caen lance le tourne-à-droite pour les cyclistes » avec un article sérieux et bien documenté.


La presse est-elle totalement responsable de cette désinformation ? Pas sûr, car le site officiel de la Ville de Caen lui-même titre « Circulation des vélos facilitée en ville : des panneaux pour passer au feu rouge ». A votre avis, que retient le grand public de cette information ?

Disons le clairement, la communication à propos de ce qu’on appelle désormais les «tourne-à-droite» est calamiteuse et il va nous falloir ramer une nouvelle fois pour expliquer aux média, au public, à nos amis, voisins, collègues, que NON LES CYCLISTES NE SONT PAS AUTORISES A PASSER AU FEU ROUGE pour la bonne raison que, pour eux et dans certaines circonstances, le feu n’est pas rouge.

Tentons donc ici même de rétablir la vérité et de développer un argumentaire.

Différenciation des signaux par type de véhicule. Que dit précisément le Code de la Route ? L’article R. 451-15 modifié par le décret du 12 novembre 2010 nous dit ceci (source Légifrance) :

Aux intersections, l’autorité investie du pouvoir de police peut décider de :

1° Mettre en place sur les voies équipées de feux de signalisation une signalisation distincte destinée à une ou plusieurs catégories de véhicules ou indiquant une ou plusieurs directions ou remplissant ces deux fonctions de manière concomitante ;
2° Mettre en place sur les voies équipées de feux de signalisation communs à toutes les catégories d’usagers deux lignes d’arrêt distinctes, l’une pour les cycles et cyclomoteurs, l’autre pour les autres catégories de véhicules ;
3° Réserver une voie que les conducteurs de cycles et de cyclomoteurs sont tenus d’emprunter pour contourner l’intersection par la droite.

Intéressons nous au 1er alinéa. On voit bien ici qu’on est loin d’une « autorisation à passer au rouge ». L’article donne simplement la possibilité au Maire (l’autorité investie du pouvoir de police) de modifier les carrefours à feux afin de différencier la signalisation en fonction de la catégorie de véhicule. C’est simplement ce que l’on voit un peu partout dans les grandes villes des pays où la pratique du vélo est plus avancée que chez nous (Pays-Bas, Allemagne, Danemark, Suède …). Il y a les feux pour les voitures et les feux pour les vélos.

Avant cette modification du code de la route il existait déjà la possibilité de différencier les signaux selon la direction du véhicule et certains carrefours étaient équipés d’un feu rouge pour aller tout droit et d’un feu orange clignotant pour tourner à gauche ou à droite. Disait-on pour autant que le véhicule tournant à gauche ou à droite avait l’autorisation de « griller le feu rouge » ou de « passer au rouge » ? Bien sûr que non. Mais cette disposition s’entendait ‘tous types de véhicules confondus’.

Quelle signalisation adopter ? C’est le problème de la signalisation qui a retardé la mise en application du décret du 12 novembre 2010. En effet (je cite le CERTU), « Après modification de l’article R. 415-15 du code de la route (décret du 12 novembre 2010 ), il fallait traduire dans la signalisation la possibilité pour le gestionnaire d’autoriser les cyclistes à s’engager en carrefour pendant la phase de jaune et de rouge d’un feu dans les directions où il n’y a pas de conflits avec des usagers … ».

Il a fallu attendre le 12 janvier 2012 pour qu’un arrêté fixe enfin quelle signalisation devait être mise en oeuvre. Cet arrêté est intitulé : « Arrêté du 12 janvier 2012 modifiant l’arrêté du 24 novembre 1967 relatif à la signalisation des routes et des autoroutes et portant création d’une signalisation visant à autoriser un mouvement directionnel pour les cyclistes dans les carrefours à feux ». (source Légifrance).

En substance, ce texte donne le choix au gestionnaire :

  • ou bien, il met en place un signal lumineux, feu jaune clignotant muni d’un pictogramme représentant la silhouette d’un vélo (voir illustration plus bas),
  • ou bien, il met en place le nouveau panonceau M12 créé pour l’occasion.

Il est clair que la mise en place systématique d’un signal lumineux aurait été mieux comprise par l’ensemble de la population et qu’on n’aurait jamais pu dire : « les cyclistes sont autorisés à passer au rouge » mais le coût aurait été trop important pour les collectivités et on a alors surtout retenu le panonceau que vous connaissez. C’est une question de rapidité de mise en œuvre et d’économie des deniers publics.

Il faut alors expliquer à votre entourage que le panonceau M12 remplace un feu jaune clignotant qu’il aurait été trop coûteux d’installer. D’ailleurs, la ville de Strasbourg qui n’a pas attendu le 12 janvier 2012 pour mettre en place le « tourne à droite » a équipé 60 carrefours de feux jaunes clignotants avec pictogramme vélo (voir photo).

Les détracteurs. On entend bien les détracteurs qui nous promettent conflits et accidents en série. Ce sont les mêmes qui nous promettaient l’hécatombe lors de la mise en place des double-sens cyclables et qui sont démentis aujourd’hui par les faits. Une des raisons principales de la non-dangerosité de ce type d’aménagement c’est que le cycliste a une meilleure visibilité et une meilleure lecture de son environnement que l’automobiliste enfermé dans son habitacle.

Certains nous disent : « ça va compliquer encore un peu plus la vie des automobilistes … ». On peut se demander en quoi. Dans le cas du « tourne-à-droite », les automobilistes circulant sur le même axe que le vélo sont arrêtés au feu rouge … c’est pas très compliqué à comprendre. Les autres qui circulent sur l’axe perpendiculaire sont prioritaires et c’est au cycliste de respecter cette priorité … et c’est pas plus compliqué qu’avant.

Penchons nous sur la liste des carrefours équipés de cette nouvelle signalisation. Elle ne concerne que des carrefours où le tourne à droite permet d’emprunter une piste cyclable ou une bande cyclable sur laquelle les voitures n’ont rien à faire (normalement). Alors, de quelle espèce de conflit parlons-nous ?

(Note) Dans cet article, nous n’avons évoqué que le « tourne-à-droite ». Il existe aussi le « va-tout-droit ». Le même argumentaire s’applique évidemment à ce deuxième cas, avec un panonceau et une signalisation lumineuse différente.

Les photos.

A chaque carrefour, un panneau d’information vient rappeler la règle du jeu.

Le panonceau M12 au carrefour Rue du Chemin Vert / Rue des treize acres

A l’angle de la rue de Bayeux / rue du clos des roses la signalisation n’est pas encore en oeuvre. Pas facile de trouver de la place pour le panonceau.

Exemple de signalisation lumineuse

Exemple de signalisation lumineuse

Les ressources.

Ouest-France (07/09)

Côté Caen (31/08)

Côté Caen (08/09)

France 3 (07/09)

Ville de Caen

Décret du 12 novembre 2010

Arrêté du 12 janvier 2012

La fiche CERTU

Liste des carrefours concernés, à Caen.
Avenue de la Côte de Nacre / Avenue du Professeur André Morice ;
Boulevard Général Weygand / Rue de la Girafe ;
Rue Desmoueux / Place Blot ;
Rue du Chemin-Vert / Rue des treize acres ;
Rue de Bayeux / Rue du Clos des roses ;
Boulevard Dunois / Rue d’Authie ;
Boulevard Dunois / Rue de Bayeux ;
Avenue Charlemagne / Rue Lucien Nelle ;
Avenue Henri Chéron / Avenue Charlemagne ;
Boulevard Yves Guillou / Rue du Blanc ;
Rue Guillaume le Conquérant / Place Fontette ;
Rue du Carel / Rue Albert Sorel / Promenade du Fort ;
Rue Saint-Jean / Rue de l’Engannerie ;
Boulevard Leroy / Rue Gustave Flaubert ;
Avenue Père Charles de Foucauld / Rue Louis Robillard ;
Avenue Père Charles de Foucauld / Avenue Cardinal Lavigerie ;
Carrefour entre la rue de Falaise, l’avenue Guynemer et la rue Jeanne d’Arc.

Les commentaires sont clos