Dérailleurs

Voie Verte de la Suisse Normande : les travaux (3)

Suite et fin de notre reportage sur les travaux de la Voie Verte de La Suisse Normande. La visite de ce dernier tronçon n’a pas été de tout repos, entre les secteurs qui sont tout juste empierrés et ceux qui sont tout juste débroussaillés … L’impression générale est plutôt bonne voire très bonne. Pour avoir déjà fréquenté des voies vertes aménagées sur d’anciennes voies de chemin de fer, j’en connais le principal défaut : on roule, on roule, et on ne voit rien. Ici, le chemin n’est jamais très loin de l’Orne et offre de très belles vues tout au long de ses 13 km.

Le paysage n’est jamais monotone et l’on perçoit bien la transition géographique entre les marais de Louvigny et les premiers reliefs de la Suisse Normande, en passant par les mines de fer de May-sur-Orne. Il y a là matière à des sorties pédagogiques pour les petits comme les plus grands. Je pressens un gros succès de fréquentation pour cette Voie Verte qui va vite être adoptée par les Caennais et les riverains de l’Orne : sorties en famille en toute sécurité pour aller pique-niquer en forêt ; sorties pédagogiques ; sorties apéritives puis digestives pour ceux qui voudront aller déjeuner au Pont-du-Coudray ; sortie VTT en forêt de Grimbosq sans prendre sa voiture (1/2 heure de Voie Verte, 2 heures de VTT, 1/2 heure pour le retour) ; sortie en roller ; sortie sécurisée de l’agglomération pour les randonneurs et cyclotouristes au long cours … Tout ceci à condition que l’équipement promis soit au niveau. Nous serons en particulier très vigilants quand à la disposition des barrières ou chicanes d’entrée-sortie (il ne devrait y en avoir que très peu sur ce premier tronçon). Nous serons également attentifs à la  connexion entre cette Voie Verte de la Suisse Normande et la Prairie de Caen (promise pour 2014 et les Jeux Equestres Mondiaux) qui est une des clés d’un succès annoncé.

Crédit photos : André-Pierre

Nous reprenons notre visite à partir du pont de Percouville.

Dans ce secteur, la voie verte offre de jolis points de vue sur l’Orne. Au fond, le moulin de Bully.

Entre la voie ferrée et le fleuve, notre chemin continue vers Amayé-sur-Orne.

Nul doute que les auberges du Pont-du-Coudray sauront attirer une nouvelle clientèle.

Près de l’ancienne gare, c’est l’endroit choisi pour aménager un parking …

… et une aire de repos (la 5ème depuis Louvigny).

Le mobilier est déjà arrivé.

Nouveau franchissement de l’Orne au Val de Maizet. Ici, la voie verte est réduite à 1,50m et un régime de priorité sera mis en place.

Toujours de belles perspectives sur l’Orne.

Val-de-Maizet, aire de repos n°6. Les cyclistes pourront varier les plaisirs et pédaler sur le vélo-rail !

Entre les viaducs du Val-de-Maizet et de la Chapelle-Ste-Anne, des protections sont mises en place contre la chute de blocs rocheux.

Viaduc de la Chapelle-Ste-Anne … même régime de priorité qu’au Val-de-Maizet.

Vue sur la Chapelle-Ste-Anne. On est ici dans le bas de la forêt de Grimbosq.

La voie verte continue ensuite vers le lieu-dit Anger, fin du premier tronçon Louvigny-Grimbosq.

9 commentaires sur Voie Verte de la Suisse Normande : les travaux (3)

  • Simon Lecaudey

    Bonjour,
    J’ai remarqué qu’ils débroussaillent la voie ferrée entre le pont et la station de pompage de Louvigny , donc le départ se fera sans doute parallèlement à la route 212 b .
    Merci pour ces reportages et vivement l’ouverture !

    • André-Pierre

      Oui, il y a des travaux de débroussaillage sur ce qui reste de la voie ferrée entre l’arrière du parc expo et la station de pompage. C’est bien sur cet axe que va se faire la connexion entre le centre ville de Caen et la Voie Verte de la Suisse Normande. L’accès va se faire par le Parc Expo mais je n’en connais pas le détail. Une option avait été étudiée pour passer sous le viaduc de la Cavée et la voie ferrée Caen-Cherbourg par une piste en encorbellement sur l’Orne … trop cher, trop compliqué sans doute, elle a été abandonnée au profit de cette connexion en cours d’aménagement à laquelle tout le monde met la main à la poche : Conseil Général, Caen-La-Mer, Conseil Régional et société d’organisation des Jeux Equestres Mondiaux.

  • Michel

    Nous sommes allés marcher sur la nouvelle voie verte d’Etavaux à Saint-André-sur-Orne. Après le pont Louvigny- Fleury, il faut prendre la nouvelle rampe pour accéder au chemin (GR 36 ancien) qui deviendra la voie verte jusqu’à Etavaux. Nous en avons eu confirmation par deux ouvriers du chantier qui procédaient au goudronnage à St-André.
    A chaque fois qu’il existe un chemin préexistant longeant la voie ferrée, ce chemin est privilégié par souci d’économie.
    Nous avons rencontré un autre exemple de ce type : 500 m environ avant la gare de Saint-André, la voie verte quitte la plate-forme ferroviaire pour s’engager sur un chemin qui existait, jusqu’à la gare.

    Nous avons assisté au goudronnage du premier km dans le sens St-André Fleury, mais à 600 m de la gare environ, pour cause d’inondation près de celle-ci, sur le chemin ancien. En moins de10 minutes, le goudronnage et son recouvrement en gravillons ont été effectués sur ce km, à 10 km/h environ, sans intervention manuelle, à l’aide d’un camion goudronneur en marche avant et d’une benne déversant le gravillon en marche arrière à cette allure ! Stupéfiante adresse des conducteurs qui ne déviaient pas de 10 cm !

    Lorsqu’ils se sont arrêtés faute de marchandise, nous les avons rejoints et avons pu discuter avec eux. Ils nous ont expliqué que cette première couche sera recouverte d’un enrobé qui arrivera bientôt sur cette partie. Mais de St-André à Grimbosq, les travaux sont moins avancés et ne pourront certainement pas être terminés en juin comme prévu à cause des intempéries du mois passé. Les terrassements sont faits, mais la couche de cailloux n’est pas encore posée partout. Il est impossible actuellement d’aller plus au sud de St-André : un large et haut grillage barre le chemin et des pancartes informent que le passage est interdit, même à pied.

    Nous avons donc été les premiers à marcher sur le goudron de cette nouvelle voie.

  • Gérard

    Les beaux jours arrivent , je me demande comme bien d’autres personnes : les travaux seront terminés pour cet été ??? ou à l’automne ??.

  • jean pierre

    La voie est bien avancée, j’y suis allé cet après midi faire un tour à vélo malgré quelle ne soit pas terminé! à mes risques et périls comme il est indiqué! Entre Grimbosq (maisonnette près de Sainte Anne) fin du 1er tronçon et sur 7kms environ, le bitume final n’est pas réalisé seule la sous couche bitumée est faîte mais roulante. Ensuite, jusqu’à Etavaux, l’enrobé final est réalisé; notez que la partie ou se trouvaien les mines de fer est bitumée en rouge sombre (rappel du minerai de fer?). Bon nombre d’aménagements sont terminés, parkings, pique-nique, etc…Je pense que je pouvais aller jusqu’à Caen. Le pont métallique de Fleury est empruntable, terminé. Grande idée que cette voie tant attendue, pour ma part. Ceci dit, n’aurait on pas pu économiser sur le revêtement bitumé, que ne n’apprécie pas particulièrement ni écologiquement d’ailleurs. Bon nombre de voies vertes sont réalisées avec des agglomérats compactés s’auto-entretenant de par les passages. Ceci dit je ne veux pas bouder mon plaisir de prendre la voie verte pour me rendre à Caen ou Hérouville voire à Franceville dans les semaines à venir.

  • Gérard

    Oui Jean pierre les travaux sont avancés.Dimanche 12 mai le matin j’ai fait la voie de Caen à Grimbosq avec mon vtt ..il faut faire attention aux différents passages des rails qui ne sont pas à niveau actuellement .C’est un grand plaisir de rouler sur cette voie il y a des paysages très agréables .J’ai eu la bonne surprise de rencontrer plusieurs personnes en vtt..J’espère que les différents endroits pour le pique-nique tables et bancs vont être respectés.Cette voie verte va être fréquentée..

  • Baptiste

    La voie verte sera bien aménager a coté de la voie férrée?

    • André-Pierre

      Oui, la majeure partie du parcours longe la voie ferrée. Il faut savoir qu’avant guerre, c’était une voie ferrée double. Ensuite, une seule voie à été gardée mais l’emprise totale à été conservée. Ceci explique qu’il y avait la place pour à la fois tracer une voie verte et conserver la voie ferrée existante (sauf au passage de certains ponts qui ont été reconstruits après guerre pour une seule voie. Ici, la voie verte se rétrécit comme on peut le voir dans le reportage photo). À certains endroits du parcours, pour des problèmes de coût, la voie verte emprunte un chemin parallèle à la voie ferrée.

  • Jérôme

    Le revêtement est terminé : on peut rouler facilement (déjà beaucoup de rollers !) jusqu’au passage à niveau 13, à 1 km environ au sud de la chapelle Ste Anne, fin du premier tronçon.
    les finitions sont en cours : barrières, panneaux, plantations…
    Les espaces entre les rails sur les passages à niveau sont comblés (provisoirement ?) avec des graviers fins.
    On attend impatiemment la suite, en espérant que la qualité générale, et celle du revêtement en particulier, soit toujours aussi bonne !
    Pour atteindre Thury en 2014 puis Clécy en 2015, il faudrait commencer !