Dérailleurs

Peinture flamande


Après un court voyage en Belgique et aux Pays-Bas, Jérôme nous fait part au retour de ses impressions en dressant quelques tableaux qui sont autant de sujets de réflexion (NDLR).

« Comme à chaque fois au retour, c’est une impression de gâchis : que d’espace perdu chez nous au profit de la voiture ! Ne faut-il pas profiter des campagnes électorales à venir pour manifester, et tenter d’amener les candidats à poser les questions qui fâchent ? »

« Les Hollandais transportent leurs enfants (et eux-mêmes) sans casque, et on voudrait pourtant nous faire croire que les cyclistes doivent d’abord assurer leur sécurité par eux-mêmes en en portant un : c’est vraiment un débat secondaire qui permet à Décathlon de faire des petits profits supplémentaires, et aux pouvoirs publics (et à la société en général) de se dédouaner de toute responsabilité dans la sécurité des cyclistes … » NDLR : Pour les moins de 50cm3, le port du casque y est également facultatif.

« Très surprenant aussi de voir que la plupart des cyclistes belges et néerlandais ont un éclairage défectueux : beaucoup de vélos la nuit à La Haye, la moitié sans lumière, aucun avec un gilet fluo (vu à Gand une intéressante expo d’un travail mené avec des enfants de 5/7 ans et la police sur la visibilité nocturne des piétons et cyclistes) …
 Il est clair que la sécurité est d’abord assurée par le nombre de cyclistes : quand ils sont nombreux et qu’on circule en voiture, on les voit, et on y fait attention, la nuit encore plus, d’autant qu’ils prennent de la place ! » NDLR : C’est une loi bien connue maintenant, plus il y a de cyclistes et moins nombreux sont les accidents (en pourcentage). Ce à quoi il faut ajouter : plus il y a de cyclistes et plus il y a de chance que l’automobiliste en face soit également un cycliste.

« Et c’est là le deuxième élément, lié : la place !

Autant les Pays-Bas savent parfois réserver de la place (voire trop ?) à la circulation des voitures et camions (les autoroutes et échangeurs de Rotterdam sont bien plus vastes que leurs homologues parisiens …), autant, dès que l’espace est partagé, la priorité est nettement aux piétons, aux cyclistes, et aux transports en commun. Pas le moindre centre de village qui ne soit aménagé en zone trente ou zone de rencontre …

Résultat, en agglomération, on n’a qu’une envie : garer la voiture (et ça coûte cher). Et pendant qu’on cherche une place, on ne roule qu’au pas, derrière les vélos. »

Delft : exemple d’un centre, hors zone piétonne ; tout est fait d’abord pour les piétons et les cyclistes, zones 30 par exemple.

Maas : 11 km de plages toutes neuves, et accessibles à vélo au travers de kilomètres de zones portuaires. Comment va-t-on au Havre, déjà ?

Ostende : partout, l’alliance vélo / transports en commun …

« Visite de l’extension du port de Rotterdam : 20 km2 gagnés entièrement sur la mer. Travaux commencés en 2008, et prévus jusqu’en 2035. Le gigantisme des travaux est impressionnant, et, malgré les arguments écolos (11 km de plages créés de toutes pièces avec les dunes qui vont avec, des réserves pour les oiseaux et les phoques, un engagement à ne pas augmenter la pollution en reportant davantage de trafic vers le train, etc …), on peut se poser pas mal de questions. N’empêche que, dans ce bout du monde (40 km de Rotterdam …), au milieu des terrains encore vagues, il y a déjà des pistes cyclables surdimensionnées, des arrêts de bus, et un ferry rapide relie la zone à la ville d’en face (Hoek van Holland) où résident sans doute pas mal d’ouvriers … Ce ferry est réservé aux cyclistes et aux piétons, ceux qui veulent venir en voiture doivent faire un détour de 60 km, et mettent bien plus de temps …  » NDLR : je peux témoigner, ayant traversé à vélo en 2012 cette extension de Rotterdam appelée Europort. Un gigantesque chantier où le vélo a vraiment toute sa place malgré le kilométrage impressionnant. Lors de ma traversée, le ferry était en panne mais il était remplacé par une petite vedette : continuité cyclable oblige !! (AP)

Europort mai 2012 : extension du port de Rotterdam gagnée sur la mer.

Même dans cet enfer moderne, le vélo a toute sa place.

Le ferry qui permet de traverser le port et rejoindre Hoek van Holland est en panne. Il est remplacé par cette petite vedette rangée à côté. Rien ne doit arrêter les vélos.

Crédit photo : Jérôme, André-Pierre

1 commentaire sur Peinture flamande

  • sierra

    Ben tiens encore un grand merci pour nous faire voyager et nous cultiver, en voilà des exemples à suivre pour nos élus!