Dérailleurs

Le vélo s’invite aux municipales

« A moins de deux mois des élections municipales, la question de la place du vélo dans la ville n’inspire guère les candidats …  » déplore Jean-Marie Darmian, le président du Club des Villes et Territoires Cyclables (CVTC), « c’est la première fois que nous ne sommes pas sollicités pendant la campagne électorale pour des débats sur les politiques en faveur de la mobilité active ». L’annonce attendue d’un plan national vélo risque de changer la donne.

Le vélo : c’est tout bénéfice. Pourtant, développer les déplacements à pied et à vélo en ville devrait être un des thèmes porteurs de la campagne pour les municipales, tant les bénéfices induits dépassent de loin le montant assez modique des dépenses à engager. Bénéfices pour les personnes : déplacements à moindre coût et augmentation du pouvoir d’achat, meilleure santé autant physique que mentale, convivialité. Bénéfices pour la collectivité : par la diminution de la pollution et des nuisances sonores, par un meilleur partage de l’espace public, par l’apaisement des comportements, par la meilleure santé de la population. « Les municipalités sont convaincues que ‘le vélo, ce n’est pas seulement pour les cyclistes' » nous dit Véronique Michaud, déléguée générale du CVTC dans un ouvrage qui vient de paraître (« A vélo, vite ! », Fyp Editions). Alors, pourquoi ce silence ? Parce que le sujet fait consensus ? Ce serait très étonnant. Ne serait-ce pas plutôt parce que augmenter la place du vélo ne peut plus se faire sans diminuer la place de la voiture, et que là, attention, on rentre sur un terrain miné ? Courageux, mais pas téméraire, le candidat à la mairie est tenté de flatter l’électeur automobiliste dans le sens du poil.

Un plan national vélo. Ce qu’il faudrait, nous dit Jean-Marie Darmian, c’est « une impulsion nationale de l’Etat », pour relancer la thématique en quelque sorte. Or ce « plan national vélo », promis par l’ancien ministre des Transports Thierry Mariani en 2011, puis par Frédéric Cuvillier en 2013,  devrait selon des sources proches du ministère être présenté autour du 18 février. De quoi relancer les débats autour du vélo dans la campagne municipale ?

Le CVTC alimente la campagne. Les élus du Club des Villes et Territoires Cyclables – qui représente aujourd’hui 1400 collectivités adhérentes (villes, agglomérations, départements et régions) – apportent leur contribution à la campagne des élections municipales sous la forme de plusieurs documents :

>> « Les politiques en faveur des cyclistes et des piétons dans les villes et agglomérations françaises ». Ce dossier présente les premiers résultats synthétiques d’une enquête menée en 2013 par l’Observatoire des mobilités actives. (PDF 773 Ko).

>> « L’avenir a besoin du vélo : 14 pistes pour changer la vie ». Le développement du vélo n’est plus un défi mais partout une solution réaliste et gagnante. Le CVTC propose 14 pistes pour réussir cette transition. (PDF 934 Ko).

>> « L’avenir a besoin du vélo : infographie ». D’un seul coup d’oeil, les chiffres clés du vélo, les marges de progression, les gains escomptés … (PDF 402 Ko).

N’hésitez pas à télécharger ces documents et à vous en servir pour interpeller élus et candidats !

Vous lirez également avec intérêt cet article de Olivier Razemon : Vélo : radiographie d’un retard français.

1 commentaire sur Le vélo s’invite aux municipales

  • Quelle place a le vélo dans les projets des listes qui se présentent à Caen / Caen la Mer ?

    L’association Dérailleurs a-t-elle été contactée par des candidats pour donner un avis ?