Dérailleurs

Des nouvelles de l’EV4 (3)

Suite et fin de notre série de trois articles consacrés à l’EV4, cette véloroute européenne qui va de Roscoff à Kiev et qui longe sur 120 km le littoral du Calvados. Nous terminons par une lettre ouverte adressée aux élus concernés par le tracé de l’EV4 afin de les alerter sur le retard pris par la véloroute littorale et les mises à niveau nécessaires sur le linéaire compris entre Luc-sur-Mer et Ouistreham.

(NDLR) Au moment de publier cet article, nous apprenons qu’un nouveau tronçon de l’EV4 entre Arromanches et Asnelles est planifié et doit faire l’objet d’un Comité de Pilotage le jeudi 3 juillet.

Monsieur le Président du Conseil Régional de Basse-Normandie,
Monsieur le Président du Conseil Général du Calvados,
Messieurs les Présidents de Caen-la-Mer et Cœur-de-Nacre,
Mesdames et Messieurs les Maires.

Depuis plus de 20 ans, un aménagement cyclable continu le long de la Côte de Nacre est envisagé (cf. étude du SIVOM de la Côte de Nacre en 1991). Depuis 1998, cet itinéraire est intégré au Schéma National des Véloroutes et Voies Vertes, qui a officialisé l’itinéraire retenu au niveau européen (Eurovéloroute n°4 Roscoff-Kiev). Depuis 2001, il figure au Schéma Régional des Véloroutes et Voies Vertes. Depuis 2004 enfin, il fait partie du Plan Vélo Départemental.

Certes, des aménagements ont été réalisés. Le plus récent est la piste cyclable entre Lion-sur-Mer et Luc-sur-Mer. Ces aménagements mettent en évidence :

  • l’absence de continuité cyclable sur la côte de Nacre
  • la mise à niveau nécessaire de certaines portions.

Aussi, nous vous demandons de bien vouloir étudier très rapidement les points suivants, qui nous semblent urgents, indispensables et peu compliqués. Leur mise en oeuvre permettrait d’obtenir un itinéraire cohérent entre Luc-sur-Mer, Ouistreham et Caen.

A Ouistreham :

  • Création d’un sas pour les voitures au niveau de la grue du chantier Nauti-plaisance (une seule voie de circulation, avec définition d’un régime de priorité) permettant la continuité de l’aménagement cyclable dans chaque sens.
  • Interdiction du stationnement automobile, sauf professionnels de la pêche, aux abords de la halle aux poissons (trottoirs et quai).
  • Réfection du revêtement au niveau du karting, et suppression des potelets, inutiles et dangereux.
  • Interdiction de la circulation automobile, sauf professionnels, entre le centre équestre et la piscine, et création d’une zone de rencontre sur ce tronçon.
  • Réflexion sur une séparation des cheminements piétons et cyclistes le long de la gare maritime.

A Colleville-Montgomery :

  • Suppression des panneaux « stop » sur la piste cyclable : ils sont illégaux.

A Hermanville :

  • Réfection du revêtement de la partie sud de la promenade pour en permettre l’usage par les cyclistes.
  • Suppression des barrières.
  • Création d’une « zone de rencontre » pour permettre un usage mixte vélos/véhicules des riverains.

A Lion-sur-Mer :

  • Réfection du revêtement de la promenade pour permettre un usage par les cyclistes.
  • Création d’une aire piétonne ou d’une zone de rencontre selon les portions.

Sur l’ensemble de l’itinéraire :

  • Implantation d’une signalisation et d’un jalonnement adapté, y compris pour suivre les itinéraires EV4 et V43.

Ces propositions nous semblent simples et de bon sens. Elles n’excluent pas une nécessaire réflexion plus large : tout le littoral du Calvados est concerné par cet itinéraire ; toutes les communes sont amenées à revoir le partage de l’espace public entre les modes de déplacements, et à s’interroger sur l’actuelle priorité donnée à la voiture pour les déplacements.

Nous restons, comme nous le sommes depuis 25 ans, prêts à vous rencontrer pour en discuter, si vous le souhaitez.

L’association Dérailleurs.

Les commentaires sont clos