Dérailleurs

Honfleur dit non à un centre ville tout piéton

Honfleur. Interdire le centre-ville aux voitures, l’idée n’est pas du tout du goût du maire qui veut néanmoins favoriser les moyens de locomotion doux.

Marie-Christine URSET
Publié le 31/01/2019
 «Je ne serai pas le maire qui fermera le centre-ville aux voitures… C’est une fausse bonne idée…. » Michel Lamarre l’a clairement redit lors de ses vœux : « Priver Honfleur de la voiture serait, à terme, l’amener au déclin commercial et peu à peu à la désertification. » Au moment où Honfleur constate « un retour des habitants en centre-ville », la piétonnisation du centre ferait à terme de la cité des peintres, un seul musée. « Ces habitants sont autant de clients potentiels des commerçants traditionnels qui s’installent dans le cœur d’Honfleur, épicerie, fromager, primeur, charcutier, boucher… D’ici deux ans d’autres nouveaux commerces s’installeront ici… »

Des commerçants séduits par une zone d’emploi qui regagne du terrain, un chômage en baisse, le succès du village de marques et du Parc d’activités Honfleur-Calvados, qui ont contribué en 2018 à augmenter l’emploi salarié sur le secteur d’Honfleur. « On a créé de l’emploi sur cette zone qui compte 15 500 salariés… », souligne Michel Lamarre.

Un centre-ville où l’on pourra également plus facilement venir à vélo avec l’aménagement à venir de la route Émile-Renouf. Avant l’aménagement de pistes cyclables « dans le cadre de la Véloroute Paris-Normandie qui irriguera, entre autres, le Parc d’activités et qui arrivera jusqu’aux terrains du môle en face de la mairie…. »

Plus de vélos, plus de transports en commun, plus de proximité au niveau des commerces et des services, et aussi plus de places de stationnement pour aérer le centre : le maire projette de créer mille places sur les friches portuaires, « ce qui permettrait de stocker, notamment dès la belle saison, un grand nombre de véhicules de nos visiteurs, libérant autant de places en centre-ville pour les Honfleurais. »

Un abonnement annuel

Des habitants, d’Honfleur et de la communauté de communes, à qui la ville fait en matière de stationnement « un prix d’amis. » Avec un abonnement annuel sur le bassin du Centre, le parking payant le plus près du Vieux Bassin, à 52 euros pour les Honfleurais, 60 euros pour habitants de la com’com. Sur la voirie communale le tarif ville est de 26 euros, 30 euros pour la com’com, toujours pour une année.

Et pour ceux qui sont prêts à aller un peu plus loin, le parking du bassin de l’Est est accessible à seulement à 10 euros par an pour tous. « Ces tarifs sont à l’année ce qu’ils sont au mois dans d’autres villes, rappelle encore le maire. Cela permet à chacun de venir travailler à Honfleur, ou s’y promener, ou y faire ses courses… » ».

Les commentaires sont clos