Dérailleurs

La Vélo Francette – étape 7

Samedi 16/04 : Domfront – Clécy (60 km).

Domfront étant une ville perchée, nous avions pris soin de rester en bas, tout près de la voie verte, ce qui est un autre avantage de cet hébergement du Relais Saint Michel. Après un copieux petit-déjeuner, nous repartons sur l’ancienne voie de chemin de fer. A travers la brume, les cyclistes de tête auront la chance de voir passer un cervidé. Le revêtement est en bon état et assez roulant malgré l’humidité. Dommage que les nombreuses barrières et les passages trop étroits ralentissent notre progression et obligent trop souvent à mettre pied à terre. C’est d’autant plus dommage qu’on a l’impression que ces barrières ont été refaites récemment. Contraste avec le halage de la Mayenne : là aussi des barrières mais qui ne posent pas de problèmes. Une harmonisation des pratiques sur la Vélo Francette serait souhaitable.

Balisage au départ de Domfront … croisement avec la Véloscénie

nombreuses barrières et les passages trop étroits

Une petite bruine finit par tomber par intermittence, on sort et on rentre aussitôt les vêtements de pluie. La voie verte se termine à La Selle-la-Forge près de Flers. A partir d’ici existent deux variantes vers Pont-d’Ouilly : une par Flers et Condé-sur-Noireau, l’autre par les Roches d’Oëtre. Nous avons choisi la seconde, plus courte de 10 km. Nous sommes sur « nos terres » et nous savons que si le site de la Vélo Francette présente ce parcours comme difficile (niveau expert!) c’est dans le sens nord-sud mais pas dans le nôtre. Après avoir gravi la pente douce dont le point culminant est le passage au-dessus de la D924 (Flers-Argentan) nous dévalons la route qui nous mène au charmant village de La Carneille, point de ravitaillement. L’heure n’étant pas encore au pique-nique nous continuons vers les Roches d’Oëtre. Les premières pentes de la Suisse Normande ne sont pas trop dures (seule la montée de Bréel est digne d’être mentionnée) et nous atteignons rapidement les Roches d’Oëtre où la pluie nous surprend en pleine pause déjeuner. Nous finissons par tous nous réfugier dans le restaurant.

A La Selle-la-Forge, deux routes sont possibles.

Le site des Roches d’Oëtre, grandiose et sauvage …

… et un pique-nique contrarié par la pluie.

La pluie s’arrête et nous continuons notre progression vers Pont d’Ouilly. Nous ne suivons pas le parcours officiel par Rouvrou mais coupons par la forte descente de Saint Philbert et nous retrouvons le balisage à hauteur de Pont-des-Vers. Trois fortes pentes à escalader (beaucoup terminent à pied) puis c’est l’arrivée à Clécy où nous logeons au Centre de pleine nature Lionel Terray. Heure d’arrivée 15h30 : un record au cours de cette randonnée. L’organisateur a sans doute sur-estimé les difficultés de la Suisse Normande (ou sous-estimé les capacités des participants). Conjoints et amis nous rejoignent à Clécy où nous sommes 25 à passer la soirée.

Trois fortes pentes à escalader …

… puis c’est l’arrivée à Clécy …

… où nous logeons au Centre de pleine nature Lionel Terray.

Etape suivante.