Dérailleurs

Honfleur dit non à un centre ville tout piéton

Honfleur. Interdire le centre-ville aux voitures, l’idée n’est pas du tout du goût du maire qui veut néanmoins favoriser les moyens de locomotion doux.

Marie-Christine URSET
Publié le 31/01/2019
 «Je ne serai pas le maire qui fermera le centre-ville aux voitures… C’est une fausse bonne idée…. » Michel Lamarre l’a clairement redit lors de ses vœux : « Priver Honfleur de la voiture serait, à terme, l’amener au déclin commercial et peu à peu à la désertification. » Au moment où Honfleur constate « un retour des habitants en centre-ville », la piétonnisation du centre ferait à terme de la cité des peintres, un seul musée. « Ces habitants sont autant de clients potentiels des commerçants traditionnels qui s’installent dans le cœur d’Honfleur, épicerie, fromager, primeur, charcutier, boucher… D’ici deux ans d’autres nouveaux commerces s’installeront ici… »

Des commerçants séduits par une zone d’emploi qui regagne du terrain, un chômage en baisse, le succès du village de marques et du Parc d’activités Honfleur-Calvados, qui ont contribué en 2018 à augmenter l’emploi salarié sur le secteur d’Honfleur. « On a créé de l’emploi sur cette zone qui compte 15 500 salariés… », souligne Michel Lamarre.

Un centre-ville où l’on pourra également plus facilement venir à vélo avec l’aménagement à venir de la route Émile-Renouf. Avant l’aménagement de pistes cyclables « dans le cadre de la Véloroute Paris-Normandie qui irriguera, entre autres, le Parc d’activités et qui arrivera jusqu’aux terrains du môle en face de la mairie…. »

Plus de vélos, plus de transports en commun, plus de proximité au niveau des commerces et des services, et aussi plus de places de stationnement pour aérer le centre : le maire projette de créer mille places sur les friches portuaires, « ce qui permettrait de stocker, notamment dès la belle saison, un grand nombre de véhicules de nos visiteurs, libérant autant de places en centre-ville pour les Honfleurais. »

Un abonnement annuel

Des habitants, d’Honfleur et de la communauté de communes, à qui la ville fait en matière de stationnement « un prix d’amis. » Avec un abonnement annuel sur le bassin du Centre, le parking payant le plus près du Vieux Bassin, à 52 euros pour les Honfleurais, 60 euros pour habitants de la com’com. Sur la voirie communale le tarif ville est de 26 euros, 30 euros pour la com’com, toujours pour une année.

Et pour ceux qui sont prêts à aller un peu plus loin, le parking du bassin de l’Est est accessible à seulement à 10 euros par an pour tous. « Ces tarifs sont à l’année ce qu’ils sont au mois dans d’autres villes, rappelle encore le maire. Cela permet à chacun de venir travailler à Honfleur, ou s’y promener, ou y faire ses courses… » ».

AG du 26 janvier 2019

L’Assemblée Générale de ce 26 janvier 2019 a approuvé à l’unanimité le rapport moral, le rapport d’activité ainsi que le rapport financier qui a reçu les félicitations des deux vérificateurs aux comptes.

Le Conseil d’Administration compte désormais trois nouveaux membres : Francis Tonetti, Michel Jego et Richard Brouzes représentant l’antenne de Bayeux (en binôme). Bienvenue à eux !

Le Conseil d’administration a reconduit la composition du bureau de l’association :

Présidente : Christine Corbin

Vice-présidents : André-Pierre Audierne et Francescu Garobi

Trésorier : Jacky Cougé

Trésorier adjoint : Anne Roué

Secrétaire : Catherine Montagne

Secrétaire adjointe : Joëlle Viel

Randonnée à vélo 2019 du samedi 11 au vendredi 17 mai

Notre randonnée à vélo 2019 aura lieu du samedi 11 au vendredi 17 mai au départ de Caen, en plusieurs étapes : Livarot, Aubry-en-Exmes, Alençon, Bagnoles de l’Orne, Vire-en-Normandie et retour à Caen.

Nous avons actuellement 19 inscrits (13 femmes et 6 hommes) et pouvons accueillir jusqu’à 21 personnes.

A chaque étape, un hébergement individuel peut être garanti à quelques participants, moyennant un supplément financier de 56€ pour une chambre individuelle sur la totalité du parcours.

Pour l’ensemble des prestations y compris les repas que nous prendrons au restaurant, il faudra compter un peu plus de 300 € par personne, non compris les pique-niques des midi.

N’hésitez donc pas à vous inscrire, très rapidement, pour que nous arrêtions nos réservations auprès des différents hébergements. Inscription auprès de notre trésorier, Jacky Cougé, avec versement de 100 € en chèque, (par courrier à l’adresse suivante : immeuble Mykérinos – 12 avenue Maréchal Montgomery 14000 CAEN. Précisez si vous souhaitez une chambre individuelle.

Notez que des sorties de préparation physique auront lieu à l’initiative des participants dès fin mars et jusqu’au départ de notre aventure : environ 60 km sur des boucles variées, selon le bon vouloir de chacun. Nous attendons vos propositions.

 

Garanti sans virus. www.avast.com

5500 km sur l’EuroVelo

Vendredi 14 décembre à 20h30 à la Maison du Vélo de Caen.

Du 20 juillet au 22 septembre 2018, Grégory STEPHAN a parcouru 5500 km à vélo sur le réseau EuroVélo. De Francfort à Ouistreham en passant par Venise, il partagera son expérience toute récente au cours d’une projection accompagnée de commentaires en direct. Amateurs de voyages à vélo, ceci est pour vous. Avant cet événement, vous pourrez également participer à notre promenade nocturne (départ de la MdV à 18h00) puis partager un repas que vous aurez pris soin d’apporter.

Lire la suite »

Marche pour le climat, le samedi 8 décembre à Caen

Samedi 8 décembre, partiront de la Maison du Vélo de Caen les cyclistes des associations regroupées dans cette Maison pour manifester très pacifiquement à travers les rues de la ville pour le climat et l’environnement. Ce sera donc un pédalage très lent sur 6 km environ apportant sa contribution à la marche pour le climat.

Cette parade à vélo démarrera à 13 h et est prévue pour durer jusqu’à 14h30. Venez nombreux !

France Info : positions de la FUB sur le mouvement du 17 novembre 2018

Extrait de l »émission du 16 novembre 2018 :

Le Premier ministre l’a admis dans un tweet:

« L’État a placé les Français dans une situation de dépendance à une énergie à la fois chère, étrangère et polluante. »

On est d’accord sur ces 3 points : la France a une addiction à la voiture et aux énergies fossiles, cette addiction pollue, elle participe au déficit commercial et au déficit en activité physique.

L’idée de la FUB n’est absolument pas de faire culpabiliser les citoyens qui subissent en réalité les conséquences de 70 années de choix calamiteux d’aménagement du territoire.

Le résultat, c’est qu’en  terme de vélo, au niveau européen, la France pointe au 25e rang sur 27.

Personne ne dit que tout le monde a vocation à faire chaque déplacement à vélo. Néanmoins les chiffres sont formels, 75% des déplacements quotidiens font moins de 8 kilomètres, c’est à peine 25 minutes à vélo. Mais il y a un grave problème d’infrastructures, en clair, on risque le vol du vélo ou l’accident de la route.

Vous me direz « admettons en ville, mais à la campagne on fait comment ».

On le sait peu, mais même dans le milieu rural 10% des gens n’ont pas de voiture.

Alors pourquoi ne pas faire comme en Allemagne et ne pas faire des espaces piétons-cyclistes le long des nationales ? On pourrait financer cela avec une partie de la manne de la taxe carbone.

Plus généralement si la hausse actuelle des prix des carburants fait effectivement mal au portefeuille de nombreux citoyens qui se considèrent – souvent et à juste titre – comme peu fortunés, leur mécontement ne doit pas occulter des problèmes plus graves :  les 12 millions de personnes qui peinent quotidiennement à se déplacer, même au prix habituel du gazole, et notamment tous les demandeurs d’emploi contraints de refuser un travail faute de moyen de transport pour y accéder.

Nous demandons que la taxe carbone, qui est une bonne mesure, servent intégralement à développer les alternatives :

–        le covoiturage, y compris accessible aux personnes exclues du numérique, grâce à des services téléphoniques par exemple

–        les pistes cyclables, qui pourraient notamment mener aux arrêts de transport en commun

–        car en zone moyennement ou peu denses, il est difficile de mettre en place du transport en commun, mais si d’aventure les 2-3 premiers kilomètres sont effectués à vélo, ça fait du bien pour la santé des gens et en plus cela permet de mieux remplir les cars, qui aujourd’hui sont bien souvent vides.

– il faut aussi au minimum 200 000 places de stationnement vélo sécurisé dans les 3000 gares de France

Certains diront que c’est une solution reservée aux jeunes. La FUB assistais jeudi à un colloque qui présentait l’étude wimoov sur la mobilité des séniors. Ce qui est frappant c’est que plus on fait du vélo, plus on reste en bonne santé, et du coup plus longtemps on peut continuer à conduire sa voiture en toute sécurité.

Il n’y a donc pas d’un côté des automobilistes en colère et de l’autre des cyclistes qui se moquent d’eux en contre-manifestant le 17 novembre.

Le gouvernement a annoncé un plan national vélo mi-septembre, ce n’est pas pour faire plaisir aux cyclistes. C’est bien pour que plus de gens puissent passer à la « solution vélo ».

On attend évidemment que les collectivités se saisissent de ce plan. La semaine prochaine, pour le congrès des maires, nous avons préparé un guide « plan vélo mode d’emploi » pour les aider à identifier les bons leviers et trouver des financements.