Adhésion

Ne restez pas un cycliste isolé,
rejoignez Dérailleurs !

Pratiques

Faire un signalement

Vous circulez à vélo. Vous constatez un problème d’infrastructure qui rend votre cheminement dangereux ou inconfortable.  Faites un signalement aux autorités compétentes.

À Caen, des axes Délivrande et Clémenceau plus cyclables

La presse a récemment relayé la présentation par la Municipalité de ces travaux tant attendus.

Nous nous réjouissons de la programmation de travaux cyclables sur ces deux axes structurants, l’aménagement de la rue de la Délivrande faisant partie de nos propositions pour la création d’un axe cyclable Nord-Sud et celui du boulevard Clémenceau intégrant les voies majeures de notre prochaine proposition de Réseau express vélo.

Cependant, si nos avis ont été écoutés par les élus et les techniciens, nous redoutons qu’ils soient insuffisamment appliqués lors des arbitrages et des études techniques. Ces projets méritent de l’ambition et du soin.

Voici les comptes-rendus de ces présentations publiques et ainsi que les demandes renouvelées de notre association.

1) axe Délivrande

La présentation du projet par la Ville de Caen est téléchargeable ici.

Périmètre du projet : de l’intersection Copernic à l’intersection Edimbourg/Richard/Délivrande
Objectifs du projet : créer de vraies pistes cyclables, modérer les vitesses des automobilistes, améliorer la sécurité, améliorer le cadre de vie urbain (verdissement) et sécuriser les cheminements piétons
Diagnostic : vitesse des véhicules perçues comme importante (sic), flux important (16.000 v/j), peu de végétation, bcp de stationnements illégaux, voie rectiligne, forte déclivité (pente de 5% en moyenne), intersections dangereuses
Marges de manœuvre importantes : largeurs de 15m de façade à façade, de 9m de bordure à bordure actuellement.
Aménagements proposés :   – Av Cote de Nacre (de l’ouest vers l’est): trottoir de 2,5m, piste cyclable unidirectionnelle en descente de 2m, places de stationnement avec zone refuge entre trottoir et piste uni. pour les piétons, 1 voie auto en descente // 2 en montée, piste bidirectionnelle de 3m pour les cycles et trottoir de 3,5m    – Carrefour de Bruxelles, Copernic et Édimbourg : carrefour en plateau, angle qui encouragent à modérer la vitesse, largeurs réduites    – Carrefour rue Colonel Usher : création d’un feu de circulation micro régulé à détecteur automatique,    – Rue de la Délivrande : trottoir 1,5m // piste cyclable en descente unidir. de 2m // végétation 2m // voie double sens automobile // piste cyclable montante unidir 1,5m // trottoir 2,04m    – Av. d’Édimbourg : création d’une vélo rue (suppression de 15 stationnements; 11 conservés), sens est – ouest : 3,5m voitures-vélos mixte // séparateur 50cm // sens ouest-est : piste cyclable unidirectionnelle de 2m

Points positifs :    – Pistes séparées, et non pérennisation des bandes cyclables dangereuses – Enrobé coloré spécifique des pistes cyclables (on espère du rouge sombre : couleur non arrêtée mais qui devrait être bien distincte de la chaussée routière et des trottoirs)  – « l’ambiance routière » (sic) disparaît au profit d’une ambiance urbaine plus végétalisée et piétonne (?)  – Espaces de ‘stockage’ pour les voitures au niveau de certaines (toutes ?) intersections  – Végétalisation (modérée) des espaces publics : 30 arbres seront plantés, de haute tige pour ne pas nuire à la visibilité des flux.  – Augmentation de la place visible et pratique des vélos  – La « vélorue » prévue rue d’Édimbourg n’en est techniquement pas une, mais l’intention est louable (signalisation qui rappelle aux automobilistes l’interdiction de doubler sans distance de sécurité minimale de 1m avec le cycliste – impossible dans une rue de 3,5m ; suppression de places de stationnements) (NB. le réseau FUB estime que si toutes les conditions ne sont pas réunies, la création d’une mauvaise vélorue est dangereuse)  – Rue du Duc Richard : réorganisation du stationnement, en décalage/chicanes, pour éviter que les voitures ne circulent sur le trottoir pour se croiser.

Projection en réunion publique d’une vue d’artiste sur le projet cyclable Délivrande.

Points négatifs / améliorables / discutables :   

Largeur de la piste bidirectionnelle de 3m avenue Côte de Nacre. Si on part sur une part modale des vélos de 15 à 20% d’ici 10 ans comme dans les autres grandes villes françaises aujourd’hui (Strasbourg, Bordeaux, Grenoble, Paris), cela nous donne un trafic cyclable d’environ 3000 vélos/jour (en se basant sur les 16.000 voitures/jour actuel + vélos actuels). Or le Cerema recommande entre 3,5m et 4m pour de tels flux structurants dans une ville. Vu la taille de l’avenue, une largeur de 3,5m pour la piste bidirectionnelle serait un bon compromis.    – La largeur de 1,5m de la piste unidirectionnelle montante rue de la Délivrande pose un gros problème : bien insuffisante au regard des différentiels de vitesse entre les VAE qui monteront à 20-25km/h et les vélos musculaires à 8-12km/h  [question Dérailleurs : dans ces conditions, comment se doubler à vélo en montant ? La réponse des techniciens : contrairement au sens descendant, ici vous pourrez profiter du même niveau que celui du trottoir, sous-entendu vous pourrez faire un crochet sur le trottoir ! Encore un conflit potentiel avec les piétons !]. Insuffisant aussi au regard des recommandations du Cerema (2m à 2m50).   

– « Sécurisation des carrefours en cassant la vitesse des cycles dans les carrefours [via une piste cyclable pleine de petits virages] » (sic) [nous avons avancé l’idée que seuls les vélos feront l’effort du freinage demandé par leur trajectoire non-rectiligne : cela semble assumé… au nom du compromis (les voitures sont déjà assez embêtées comme ça désormais) et de l’a priori envers les cyclistes et trottinettes (qui, pour un large public présent, ne respectent rien !)]

– Interrogation sur aménagement (hors projet, donc pas de réponse) rue Moulin au Roy : on y voit un trottoir cyclable ‘partagé’ : crainte de conflits d’usage avec les piétons (à confirmer – Conflit en bout de piste à l’intersection Édimbourg / Délivrande avec une piste bidirectionnelle, qui finira sur le trottoir. Pas de volonté politique de mettre plus d’argent pour aménager la suite (pas dit comme ça mais c’est l’idée…). Vive intervention d’un habitant qui le regrette (manque la partie basse, là où vivent les gens). – Engagement du Maire sur le soin qui sera apporté à chaque entrée charretière VL donnant sur la voie cyclable (beaucoup de participants n’étaient venus que pour cela)…

Maîtrise d’ouvrage Caen la Mer (et non ville de Caen alors qu’à l’origine on parlait de projet de quartier et de budget participatif, mais il s’agit d’un axe cyclable structurant) 
Calendrier détaillé : voir photo / 22 mois de travaux, avec important désamiantage de la chaussée à effectuer (voir photos d’exemples de ce type de chantier parisien). Déviation partielle, pour ne pas fermer complètement la circulation, en boucle sens unique par la rue de Lébisey.
Budget de 3,5 M€, dont 2,2M€ pour réseaux eau potable, eaux usées, télécoms et et électricité, éclairage public.

2) axe Clémenceau (et av. Croix-Guérin)

Crédits : Ouest-France 14

Voici quelques notes complémentaires à la description de l’article de Ouest-France sur ce projet d’aménagement, présenté en réunion publique le 11/10, salle St-Jean-Eudes, ayant réunis près d’une centaine de participants, dont au moins la moitié de cyclistes (pour seulement 2 arceaux vélo devant la salle)…

av. Croix Guérin : le projet d’une bande cyclable, non séparée de l’unique voie de circulation motorisée, est un progrès en apparence, mais génère de gros doutes, exprimés par l’association, quant à son respect lors des pics de fréquentation (entrées/sorties des élèves de Ste-Marie) : les services techniques nous disent s’attendre à la (re-)création d’une voie de dépose-minute sauvage, cette fois sur la bande cyclable, à l’instar de ce qu’on a connu à la gare (rue Mendès-France). Ce choix est assumé, car rien d’autre ne serait possible (!). Les directeurs de Ste-Marie ont demandé la matérialisation d’une vraie voie de dépose-minute. Nous avons proposé de prendre plus d’espace en déplaçant le stationnement latéral de longue durée, mais les habitants de la résidence des Saints-Pères souhaitent pouvoir garer leur second véhicule à cet endroit… d’autres solutions sont possibles : est-ce déjà bouclé ?

Concernant le projet de double-sens cyclable (dans l’autre sens), entre le trottoir et le stationnement conservé (côté Sainte-Marie) : très attendu, cet aménagement cyclable, séparé de bordures, serait un net progrès… à condition que les piétons ne l’empruntent pas (la largeur du trottoir est assez faible et restera inchangée). Là-encore, piétons et vélos se bousculeront pour laisser les voitures dormir en paix. Dommage…

Carrefour Pigacière-CroixGuérin-Cordes-Clémenceau : la mise en place d’un carrefour «à la hollandaise» est prévue ! C’est très appréciable, mais appelle de la vigilance lors des études : les virages des véhicules motorisés sont larges, ceux des cyclistes beaucoup trop étroits pour le moment ; les traversées doivent être en enrobé de couleur, les priorités clairement signalées en faveur des voies cyclables et piétonnes, l’absence de potelets, caniveaux et bordures inconfortables à franchir (et bien souvent inutiles), conception des pistes en plateau surélevé…

Pour le moment nous n’avons pas le détail du projet.

Place St-Gilles : le square central, aujourd’hui peu attractif et déserté, sera mis en valeur avec la piétonisation d’une partie de la chaussée descendant vers l’Abbaye aux Dames, recréant un îlot de quartier un peu plus humain. Suppression de quelques feux.

Boulevard Clémenceau : une voie de bus et une voie cyclable seront créées jusqu’à la rue de la Masse, passage de 4 voies motorisées à 2.
Cependant la ‘piste’ bidirectionnelle, créée en retrait des plantations d’arbres, sera sur le trottoir (conflits piétons potentiels) et serpentera pour éviter les arrêts de bus. Les trajectoires cyclables paraissent encore plus tordues que sur la Délivrande.

Avec d’inconfortables bordures de trottoir ou caniveaux et des forêts de potelets (puisque proche des piétons) à franchir…

Il n’y aura donc pas de voie cyclable «à haut niveau de service», pourtant attendues sur ces axes structurants ! Rappelons qu’un quartier entier va sortir de terre dans les années à venir (ex-CHR Clémenceau)…

En outre pas de concertation réelle, puisque le projet apparaît arrêté et non-modifiable. La phase d’études techniques, préalable aux travaux en juin 2024, va démarrer dans les jours qui viennent… ! C’était une présentation publique, certes, mais pas une véritable concertation dans ces conditions-là. Dommage pour un budget de 1,290 M€.

Les commentaires sont clos