Dérailleurs

L’EuroVelo 4 Roscoff – Kiev

Le saviez-vous ? La véloroute européenne numéro 4 (EV4) Roscoff – Kiev emprunte le littoral du Calvados. Cette page fait le point sur le sujet.

Dernière mise à jour le 25 avril 2016. Merci à Jérôme pour la mise à jour régulière de cette page.

EuroVelo. EuroVelo est un projet de 17 itinéraires cyclables ou véloroutes de longue distance à travers l’Europe. Porté par l’European Cyclists’ Federation. En France, le schéma national des itinéraires cyclables prioritaires, adopté par le Comité Interministériel d’Aménagement et de Développement du Territoire (CIADT) en 1998 et confirmé en 2010, a repris tous les itinéraires EuroVelo au sein du Schéma National des Véloroutes et  Voies Vertes (SN3V). Mais ce sont les collectivités locales concernées (en général régions et départements) qui définissent le tracé et aménagent : l’état n’apporte pas de financement spécifique.

EV4 (Roscoff – Kiev). Longue de 4000 km, l’EuroVelo-route numéro 4 est un des axes Ouest-Est du projet. Elle relie Roscoff à Kiev (Ukraine) par la côte atlantique française, Calais, Middelburg, Aix-la-Chapelle, Bonn, Francfort, Prague, Brno, Cracovie et Lvov. En France, elle parcourt 1403 km de Roscoff (29) à Bray-Dunes (59) et traverse 4 régions et 9 départements. Au plus près de nous, son tracé suit le littoral du Calvados, de Isigny-sur-Mer à Honfleur. L’ensemble du tracé français devrait être jalonné en 2017.
L’Association française des véloroutes et voies vertes (AF3V) a confié à l’association Dérailleurs la « délégation d’itinéraire » sur l’EV4. A ce titre, Dérailleurs essaie de maintenir une veille attentive de l’évolution de ce dossier, et représente l’AF3V lorsqu’elle est invitée à participer à des réunions de concertation.
Pour Dérailleurs, la partie française de l’EV4 doit être un itinéraire essentiellement littoral, et les aménagements doivent répondre aux règles (code de la route) et règlements (cahier des charges des véloroutes et voies vertes) existantes, ce qui malheureusement n’est pas le cas de tous les tronçons existants.

Le plan vélo départemental.

Le Conseil Départemental du Calvados a adopté en 2004 un plan vélo, dont l’armature, en forme de T, repose sur la V43 (la Vélofrancette Ouistreham-La Rochelle, qui forme la barre verticale et est en service, partiellement sur un itinéraire provisoire) et l’EV4 (la partie horizontale du T qui, elle, est loin d’être terminée). Voir la carte. Le plan vélo était prévu pour 12 ans. En 2016, la moitié a été réalisé. Nous espérons qu’un nouveau plan sera mis en place rapidement.

De sérieuses inquiétudes … L’itinéraire du littoral prend beaucoup de retard, et les aménagements ne sont pas toujours au niveau espéré. En outre, les aménagements déjà réalisés manquent trop souvent d’entretien. Le jalonnement n’est pas assez précis et cohérent. Il est cependant possible de relier à peu près correctement Dives sur Mer (à l’est) à Colleville Montgomery (à l’ouest).

Depuis le printemps 2015, le Conseil départemental  affiche progressivement une unification de l’appellation (véloroute littorale) et une référence à l’EV4 (logo) pour tous les tronçons qui en font partie. C’est une évolution intéressante. Espérons que cette volonté de communication soit le reflet d’une réelle prise de conscience des enjeux et des attentes, et que des réalisations  cohérentes et confortables voient enfin le jour !

Le conseil départemental du Calvados met à jour régulièrement une carte des itinéraires du plan vélo départemental, avec des liens permettant de télécharger les fiches officielles de chaque portion : voir la carte.

De Honfleur à Ouistreham.

  • Le Havre – Honfleur : la liaison entre la véloroute littorale existante en Seine-Maritime et le Calvados est assurée par des bandes cyclables sur le pont de Normandie. Elles sont assez étroites, peu confortables, mais ont le mérite de ne pas interdire cet ouvrage aux cyclistes. Honfleur semble se désintéresser des cyclotouristes, et l’accueil sur la rive gauche de l’estuaire de la Seine n’est pas très engageant : rien n’est prévu, ni indiqué, pour continuer sa route à vélo.
    A noter : Ceux qui estimeraient le passage du pont trop dangereux (avec de jeunes enfants par exemple), peuvent suivre au nord de la Seine jusqu’à Port-Jérôme, où ils prendront le bac pour Quillebeuf. Le parcours est intéressant, mais il est long et très peu aménagé pour les cyclistes. L’été, un bateau assure parfois une liaison Le Havre-Trouville.
  • Honfleur-Pont l’Evêque-Deauville : l’itinéraire dit « littoral » défini par le Conseil Départemental fait l’impasse sur ce qui est l’un des plus beaux passages : la liaison Honfleur-Trouville. C’est regrettable et anormal. Pourquoi réserver cette route aux touristes motorisés ? Il faut donc partir « dans les terres » pour trouver une voie verte en mauvais état entre Saint André d’Hebertot et Pont L’Evêque, sur environ 1/3 de l’itinéraire, d’où une véloroute agréable permet d’accéder à Saint-Arnoult dans de bonnes conditions.
    La liaison Saint Arnoult – Deauville (acquisitions foncières sur et autour de l’hippodrome pour créer une voie verte) prend du retard et, aux dernières nouvelles (février 2016) semble même remise en cause.
    Notre conseil : le matin, même en été, la route côtière (D513) n’est pas surchargée et, pour qui suit l’EV4 pour voir la mer, ou veut s’épargner quelques kilomètres, ce sera le meilleur choix entre Honfleur et Trouville.
  • Deauville-Dives sur Mer : quelques bandes cyclables à Deauville, aucune avancée ailleurs : il faut rouler avec les voitures sur la D513.
  • Dives sur Mer-Cabourg : une voie verte existe entre Port Guillaume et Dives. Elle présente des qualités (parcours agréable et belles vues sur l’estuaire de la Dives) et deux défauts : revêtement en stabilisé de qualité moyenne, interruption de l’aménagement pour le passage, dangereux, sur le pont. Voir notre avis complet ici.
    Notre conseil : cet itinéraire est adapté au loisir et à la randonnée malgré ses imperfections.
  • Cabourg – Merville Franceville : jalonnement (peinture au sol : insuffisant) dans les rues de la station et piste cyclable correcte en bord de mer en sortie ouest.
    A noter : Embranchement vers le sud du département et l’Orne (véloroute des marais de la Dives) jalonné à partir de la rue Desdevises. Des boucles intéressantes peuvent être constituées dans ce secteur. C’est également à partir de cette avenue qu’une petite portion de véloroute (jalonnement par logos peints au sol) permet de rejoindre Le Hôme-Varaville. On longe ensuite la D514 (il subsiste un court tronçon sans piste cyclable/voie verte).
    Notre conseil : cet itinéraire est adapté au loisir et à la randonnée, malgré ses imperfections.
  • Merville-Franceville – Sallenelles : véloroute existante (jalonnement dans les rues de la station, puis voie verte et piste cyclable ensuite le long de la D514), de qualité variable et manquant d’entretien.
    Notre conseil : cet itinéraire est adapté au loisir et à la randonnée, malgré ses imperfections.
  • Sallenelles – Bénouville : une voie verte en état moyen (sol stabilisé gravillonné, parfois boueux, largeur réduite) existe sur la rive droite de l’Orne, jusqu’au pont de Ranville.  Mais, la digue qui la supporte étant en mauvais état, elle est désormais interdite entre Sallenelles et le hameau de l’Ecarde (commune d’Amfreville). Un itinéraire jalonné de substitution devrait être mis en place pour l’été 2016 via le bourg d’Amfreville et Ranville.
    Notre conseil : Nous n’en avons pas ! En effet, selon le moment et le type de parcours recherché, les solutions ne seront pas les mêmes …
    Après le pont de Ranville, une piste cyclable en état moyen rejoint le fameux Pegasus bridge et la commune de Bénouville, le long de la D514.
  • Bénouville – Ouistreham : voie verte Caen-Ouistreham, tronçon commun avec la V43 (Vélo Francette) vers Caen et La Rochelle. Ici débute (mai 2016) le jalonnement de l’EV4 dans le Calvados.
    Notre conseil : Cet itinéraire est adapté à tous types de pratiques jusqu’à l’entrée de Ouistreham, à condition d’adapter sa vitesse à la fréquentation.
  • Ouistreham : l’itinéraire existe mais n’est pas parfait. Malheureusement, rien n’est prévu pour résoudre les difficultés : le passage entre les écluses et le Casino nécessite pourtant d’être sérieusement revu !
    Notre conseil : Cet itinéraire est adapté au loisir et à la randonnée, malgré ses imperfections.

De Ouistreham à Courseulles.

  • Ouistreham – Colleville : piste cyclable en bord de mer.
    Notre conseil : Cet itinéraire est adapté à tous types de pratiques, malgré ses imperfections (panneaux « stop » non réglementaires à Colleville), à condition d’adapter sa vitesse à la fréquentation.
  • Colleville – Lion : il est possible de passer sur la digue.
    Notre conseil : Empruntez ce parcours, avec prudence, si vous avez du temps et pas de pneus fins : revêtement dégradé, présence de sable fréquente.
  • Lion – Luc : piste cyclable.
    Notre conseil : Cet itinéraire est adapté à tous types de pratiques, malgré ses imperfections (régime de priorité inadapté, piste mal conçue à l’entrée de Luc).
    Possibilité de rejoindre Caen via Douvres-la-délivrande par une piste cyclable.
  • Luc – Langrune : l’itinéraire jalonné s’éloigne de la mer, ne présente pas d’intérêt, et n’offre pas à notre avis de sécurité satisfaisante (passages sur trottoirs, nombreux changements de directions, barrières, revêtement moyen …).
    Notre conseil : A défaut de mieux, rester sur la D514 jusqu’au niveau du club de voile de Langrune, sans suivre le jalonnement de l’EV4. Au moins, vous verrez la mer ! Au passage, regardez la place occupée par les voitures en stationnement : il y a là de quoi faire de magnifiques pistes cyclables !
    A Langrune, possibilité de rejoindre Caen via Douvres par une piste cyclable.
  • Langrune – Saint Aubin : l’itinéraire jalonné, à la limite entre les deux communes, s’éloigne de la mer par de petites rues sans grand intérêt, loin de l’animation et des commerces.
    Notre conseil : Rejoindre le front de mer au niveau du club de voile de Langrune. Emprunter ensuite la digue de St Aubin aux périodes autorisées (semaine hors juillet et août), et, à défaut, suivre la D514 jusqu’à la sortie de St Aubin.
  • Saint Aubin – Bernières : A l’entrée de Bernières, une voie verte à droite (tables de pique-nique) permet de rejoindre la digue, que l’on suit jusqu’au centre de Bernières. Nous conseillons ce parcours, malgré quelques passages délicats (cales à bateau, barrières peu visibles)
  • Bernières : un petit passage sur une piste, puis un itinéraire jalonné par de petites rues jusqu’à la sortie ouest.
    Notre conseil : Cet itinéraire est adapté au loisir et à la randonnée, malgré ses imperfections : quelques passages délicats (cales à bateau, barrières peu visibles).
  • Bernières – Courseulles : un court passage sur une piste, puis un itinéraire jalonné par de petites rues jusqu’à la sortie ouest, et enfin une piste cyclable/voie verte jusqu’à l’entrée de Courseulles. Là, on traverse le parc de l’Edit pour rejoindre la mer, que l’on longe sur une piste, avant de rejoindre l’avenue de la Combattante (travaux en cours, mai 2016) et le port.
    Notre conseil : Cet itinéraire est adapté au loisir et à la randonnée, malgré ses imperfections (revêtement dégradé par endroits, largeur parfois insuffisante).

De Courseulles à Carentan.

  • Courseulles – Asnelles : le port de Courseulles marque la fin de l’itinéraire jalonné EV4.
    Notre conseil : A l’ouest de la Seulles, il est possible de passer par une petite route agréable en arrière de la côte (via la D12b), le bourg de Graye/Mer puis la D12c jusqu’à Ver/Mer, où l’on peut passer en front de mer, avant de se résigner à prendre la D514. En descendant vers Asnelles, une petite route à droite permet de rejoindre la mer (ateliers conchylicoles). Il existe également un itinéraire jalonné Courseulles – Arromanches par l’intérieur (Crépon, Bazenville). Plus long, il est de qualité inégale : passages sur des chemins pouvant être étroits et boueux. voir notre avis complet ici (NB : maintenant jalonné sur tout le parcours).
  • Asnelles – Arromanches : on retrouve sur ce tronçon un aménagement (piste et voie verte) et un jalonnement jusqu’au grand parking qui domine le port.
    Notre conseil : Cet itinéraire est adapté au loisir et à la randonnée, malgré ses imperfections (revêtement inégal, régime de priorité non réglementaire).
  • Arromanches – Port en Bessin : une voie verte est prévue.
  • Port en Bessin : liaison vers Bayeux et le Mont Saint Michel par véloroute inaugurée en 2013.
  • Port en Bessin – Vierville sur Mer : un tronçon de véloroute est opérationnel entre Ste Honorine des Pertes et l’est du cimetière américain d’Omaha (5 km). Le long de la plage d’Omaha, on trouve sur la partie est un court tronçon de piste cyclable.
  • Vierville – Grandcamp : rien n’est prévu.
  • Grandcamp – Isigny : rien n’est prévu.
  • Isigny – Carentan et liaison avec les aménagements de la Manche : rien n’est prévu.
  • Depuis Carentan : liaison vers véloroutes et voies vertes existantes : Sainte Marie du Mont/Utah Beach au nord, Saint Lô/Mont St Michel au sud, Barneville-Carteret à l’ouest.