Mon petit gilet jaune

Cela fait plusieurs années que je le porte. J’ai réalisé il y a longtemps que mon budget transport quotidien augmentait et que finalement j’avais le temps de me déplacer autrement, j’avais mon deux roues. Qu’est-ce que 16 kms ? 50mn de mon temps ! 32km par jours et un peu moins de 2 h de sport/promenade en extérieur !

J’avais, et souvent encore, de mauvaises excuses pour remonter dans MA voiture. Il ne faut pas écouter la météo mais la regarder, combien de fois par an pleut-il le temps de nos trajets ? Combien de fois par an les bulletins météo résument-ils le climat de la journée à une expression « risque de pluie » ?

Je traîne moins au lit, je m’équipe et je l’enfile. Karl l’avait dit : « c’est moche, mais c’est pratique, ça peut sauver une vie ! » Depuis Samedi d’autres comme moi sont devenus fashion victims et le portent partout et par tous temps ! 


70% des français soutiennent les gilets jaunes ? 


Mon parcours commence. Des peintures rupestres au sol effacées de cyclistes semble-t-il m’indiquent « vous êtes sur le droit chemin » ou « allez voir ailleurs » ?

 
Je n’avais pas compris que j’avais été un ambassadeur. Je n’avais pas compris que les pistes cyclables rallongeaient considérablement les trajets pour promouvoir ce gilet dans le maximum de quartiers. Je n’avais pas compris que le chemin de halage n’était pas éclairé pour que mon gilet ne distraie pas les automobilistes. A tel point que sur la partie où je suis le plus visible, la 4 voies de Blainville est éclairée pour couvrir le halo de mes bandes réfléchissantes. Je n’avais pas compris que pour compenser ce non-éclairage du matin, il fallait éclairer le jour pour délester, mais cela n’a aucun effet sur mon gilet ! Je n’avais pas compris qu’un chien était sourd aux appels de son maître et que son maître était muet au comportement de son chien. Je n’avais pas compris qu’un animal tenait un être humain en laisse même s’ils étaient loin l’un de l’autre. Je n’avais pas compris que c’était à moi de mettre pied à terre pour traverser, je ne dois pas être responsable de l’usure des freins des autres. Je n’avais pas compris que les coups de klaxon ou les appels de phares étaient pour m’encourager. Je n’avais pas compris qu’un automobiliste était dans la légalité quand il empiète sur Ma piste, car c’est bien réservé aux deux roues, et vu la largeur il ne peut en aucun cas y mettre les deux autres. Je n’avais pas compris que s’ils s’approchaient de moi, c’était pour créer le contact et me proposer un « déjeuner sur l’herbe ». Je n’avais pas compris que ma vitesse trop peu élevée leur faisait changer de régime et les faisaient consommer plus, donc j’étais responsable de leur surcoût à la pompe. Je n’avais pas compris qu’un « sapin de Noel » était invisible et que malgré un gilet, un casque clignotant, une pince fluo à la jambe, un éclairage, des catadioptres et des sonnettes on puisse me dire encore « je ne vous ai pas vu ! »


Mais je suis rassuré, 70% des français me soutiennent, ils aiment mon gilet jaune……….combien de temps encore ?
Jean-Luc Flambard

La boucle cyclable n°15

Le moulin de Jouette

Dans un précédent article intitulé « Boucles cyclables du Calvados » nous vous présentions le projet du département du Calvados de développer 17 boucles cyclables visant à faire découvrir les paysages et le patrimoine de notre département, ainsi que ses espaces naturels sensibles (ENS).

Le 12 août dernier nous sommes allés visiter pour vous la boucle cyclable n°15 intitulée « Patrimoine et châteaux en Vallée de la Laize« . Cette boucle est balisée depuis le début de l’été dans les deux sens à l’aide des panneaux de direction habituels marqués d’une pastille rouge portant le n°15. La couleur rouge correspond au niveau « difficile » selon le référentiel national de cotation de la difficulté des itinéraires de tourisme à vélo. A l’instar du balisage des pistes de ski, le référentiel prévoit 4 couleurs (vert, bleu, rouge et noir). Il ne faut pas trop s’inquiéter de la couleur rouge retenue pour cet itinéraire qui s’adresse à des « cyclotouristes habitués« . La difficulté vient principalement de trois « grimpettes » qui resteront indolores pour ceux et celles qui randonnent avec un vélo à assistance électrique ou pour qui voudra bien prendre son temps et pourquoi pas terminer les montées à pied …

Exemple de balisage sur la voie verte à hauteur de Percouville

La longueur de cette boucle est de 38 km. Toutefois, si vous partez de Caen, il faudra compter 22 km de plus pour une liaison aller-retour avec la Prairie. Dans les lignes qui suivent, nous décrivons l’itinéraire dans le sens des aiguilles d’une montre, à partir du Pont-du-Coudray où vous trouverez facilement une place de parking.

Au départ du Pont-du-Coudray, suivre la voie verte de la Suisse Normande vers Caen. Après 1,8 km on aperçoit sur l’autre rive de l’Orne le Moulin de Bully. Prendre à droite la petite côte qui monte à Percouville puis à gauche le Chemin du Val qui amène par une forte descente sur le très bucolique Val de Laize (km 3,3). Juste après avoir franchi la rivière, tourner à droite dans le Chemin sous les Carrières, fraîcheur garantie même sous la canicule. On suit à distance la Laize dont nous sommes séparés par quelques propriétés cossues abritées des regards par d’imposantes clôtures. A Laize-la-Ville, le chemin débouche sur le CD562A (km 5). Prendre immédiatement à droite la piste cyclable puis traverser et suivre la rue du Pont Rouge. Serrer à gauche sur une courte voie verte récemment aménagée qui permet de franchir la Laize puis remonte sur le CD132 que l’on suit à droite en direction de Bretteville-sur-Laize. On arrive très vite sur le site des carrières de la Roche Blain (restez attentifs sur semaine aux mouvements des camions) puis on passe sous le viaduc routier de la Laize. Au lieu-dit le Pont Neuf, tourner à droite en direction de Fresney-le-Puceux. La pente est sévère mais on est récompensé au sommet par l’ensemble formé par l’église Saint-Martin et le château du XVIème siècle classé monument historique (km 8,6).

Entrée du château de Fresney-le-Puceux

Il reste maintenant à redescendre ce que nous avions monté pour rejoindre la vallée de la Laize au niveau du Moulin de Jouette. On suit maintenant le CD132 sur 4,5 km jusqu’à Bretteville-sur-Laize (km 14,1). Sur la route, se trouve le site de la tannerie du Hameau Gaugain créée par Auguste Lefèvre en 1880, dernier vestige de l’industrie tannière de la Vallée de la Laize.

Tannerie du Hameau Gaugain

A Bretteville, on tourne à gauche puis à droite dans la rue des Granges où l’on aborde une montée un peu rude qui se termine aux abords du Collège du Cingal. Une route étroite sur le plateau mène à Gouvix (km 16.2). Après le lavoir, tourner à gauche puis encore à gauche à proximité de l’église Notre-Dame.

Portail de l’église Notre-Dame à Gouvix

Dans la rue de l’Eglise, tourner à droite en direction de Urville. Dans cette localité suivre la rue de Barbery (CD131) qui passe devant le manoir d’Urville en cours de restauration. Il s’ensuit une longue montée ombragée puis, sur le plateau, une longue ligne droite sans intérêt qui amène à Barbery (km 22,7). Attention ici à bien suivre le balisage et notamment près de l’église à bien tourner à droite dans la rue de la Forge, ce qui peut échapper aux étourdis. 1 km plus loin, attention également à bien tourner à gauche dans la rue de la Fromagerie. Bien balisé, l’itinéraire nous mène aux abords de la ferme de la Vieille Abbaye, de la ferme du Rocher et du château de Saint-Hubert. Le parcours ici est délicieusement ombragé et les chemins agricoles ont été revêtus récemment dans le cadre de cette boucle cyclo-touristique. On roule ensuite, toujours à travers bois sur la D171 puis on tourne à droite sur la D238 jusqu’à l’église de Boulon (km 30,5). On prend alors à gauche vers Saint-Laurent-de-Condel. Il faut redoubler de prudence à la traversée de la D562, la route de Caen à Thury-Harcourt. Il était prévu que ce carrefour soit sécurisé mais il ne l’est pas encore. Heureusement, la visibilité y est bonne et la traversée peut se faire éventuellement en deux temps. A Saint-Laurent, tourner à droite vers Mutrécy. La route borde agréablement la forêt de Grimbosq. Suivre enfin la direction du Pont-du-Coudray pour un retour au point de départ (km 38).

Ressources : vous trouverez des informations complémentaires ainsi qu’un tracé GPX sur la page du site de calvados-tourisme consacrée à cette boucle Patrimoine et châteaux en Vallée de la Laize.

Génération Vélo

Génération Vélo est un programme de financement et d’accompagnement des collectivités pour l’apprentissage du vélo des enfants, par le déploiement du Savoir Rouler à Vélo de 6 à 11 ans. Cette formation leur permet de circuler de façon autonome et en sécurité, pour préparer leur entrée au collège et se déplacer au quotidien à vélo.

Le programme de financement Génération vélo démarre ! Éligible aux certificats d’économies d’énergie (CEE), son objectif est d’intensifier le déploiement du Savoir rouler à vélo (SRAV), programme d’apprentissage de l’autonomie à vélo pour les enfants de 6 à 11 ans, via trois blocs pédagogiques (10 heures minimum). 

Destiné aux collectivités et aux intervenants du Savoir rouler à vélo, Génération vélo s’appuie sur un réseau de 16 animateurs régionaux (*). Porté par la FUB, le programme de financement est ouvert jusqu’au 31 décembre 2024 pour 3 types d’actions éligibles :   

  • un accompagnement des collectivités par les animateurs régionaux afin de repérer les financements disponibles,
  • le co-financement (à hauteur de 50%) des intervenants du SRAV référencés sur la plateforme Génération Vélo,
  • la formation des intervenants : personnel des collectivités (éducateurs territoriaux des activités physiques et sportives – ETAPS, animateurs jeunesse), enseignants et intervenants SRAV extérieurs.

(*) Basée à la Maison du Vélo de Caen, Ingrid VALET est l’animatrice Génération Vélo recrutée par la FUB pour la Normandie. 

Pour en savoir plus et s’inscrire au programme : https://generationvelo.fr/

Autres ressources :

Voir l’article du magazine Weelz !

https://sports.gouv.fr/savoir-rouler-a-velo/article/presentation

Travaux Cavée-Guillou

Le lundi 9 mai, nous avons rencontré Nicolas Escach, maire-adjoint de Caen en charge de la ville durable, en présence d’un technicien de la voirie, afin d’évoquer le chantier de la piste cyclable bidirectionnelle tracée sur le viaduc de la Cavée et les boulevards des Baladas, Yves Guillou et Aristide Briand, pérennisation attendue de la première des « coronapistes » apparues après le 1er confinement de 2020.

Le sujet principal de cette réunion était l’aménagement de la connexion entre le Périph’Vélo du Bd Yves Guillou et la piste cyclable venant du Bd des Baladas. Cet aménagement qui pourrait paraître simple a priori est en fait soumis à des contraintes dont certaines assez inédites à Caen. Il s’agit en effet, à ce croisement de deux pistes cyclables bidirectionnelles :

  • d’assurer une circulation fluide pour les cyclistes circulant dans les deux sens sur le Périph’Vélo,
  • de stocker dans les deux sens les cyclistes en attente de quitter le Périph’Vélo pour se diriger vers les Baladas (la traversée du Bd Yves Guillou étant réglée par un feu de circulation),
  • d’accorder la priorité aux cyclistes venant des Baladas (ils passent au feu vert et doivent dégager la chaussée au plus vite),
  • d’assurer un bon rayon de giration pour les vélos spéciaux,
  • et de conserver de la place pour les piétons.

Pour cet aménagement, rien n’était écrit d’avance. Nous avons analysé les contraintes et élaboré plusieurs solutions possibles. Il conviendra a minima de mettre en place plusieurs couloirs de circulation avec pré-signalisation ainsi qu’un « Cédez le passage » pour les cyclistes circulant sur le Périph’Vélo.


Nous avons ensuite mis sur la table d’autres points sensibles de l’itinéraire. Si nous avons pu faire remonter nos remarques, notamment sur le virage serré en bas de la Cavée, au croisement avec la route venant de Louvigny (*), ou encore au niveau du carrefour à feux devant l’entrée sud du Parc Expo, nous n’avons pour autant pas forcément pu faire évoluer le chantier dans le sens que nous aurions voulu : à la fois parce que le chantier est déjà très avancé d’une part, et d’autre part parce que certaines contraintes comme la prise en compte des risques d’inondation de la Prairie (présence de levées de terre jouant le rôle de digue) empêchent d’aménager comme on pourrait le souhaiter de prime abord.

Néanmoins, certains points devraient être revus, à notre demande : la sécurisation du tronçon de piste cyclable entre les 2 sens de circulation du Bd Yves Guillou, pour éviter le stationnement sauvage les jours de concert au Zénith ou d’événements au Parc Expo (voir photo d’illustration). Ou encore une meilleure indication du régime de priorité au niveau du croisement entre la piste cyclable et la sortie du futur rond-point devant l’avenue Aristide Briand. A cet endroit, les plans d’origine ont été d’ailleurs modifiés à cause de problèmes concernant la giration des bus.

(*) nous avons pu remarquer le WE dernier que 2 véhicules sur 3 ne marquaient pas le « Stop » en venant de la route de Louvigny au pied de la Cavée, ce qui nécessite de notre point de vue un renforcement de la signalisation voire une modification de la géométrie du croisement.

Boucles cyclables du Calvados

Outre les itinéraires européens, nationaux, régionaux et départementaux qui sillonnent le Calvados, le Plan vélo départemental prévoit – à terme – la mise en service de 17 boucles cyclables touristiques visant à faire découvrir les paysages et le patrimoine de notre département, ainsi que ses espaces naturels sensibles (ENS). D’une longueur comprise entre 10 et 40 km, l’idée de ces boucles cyclables est de proposer divers circuits pour une sortie familiale d’une journée ou une demi-journée. Ces boucles cyclables font l’objet d’une cotation en fonction de leur difficulté et illustrée par un code couleur à l’instar des pistes de ski : vert, bleu, rouge et noir. La cotation dépend de plusieurs critères dont la longueur et la déclivité selon une méthode mise au point par la Fédération française de cyclotourisme.

4 boucles cyclables sont déjà opérationnelles depuis plusieurs années :

  • la boucle n°4 (entre Orne et dunes) sur les secteurs de Amfreville, Bréville-les-Monts, Gonneville-en-Auge, Merville-Franceville-Plage et Sallenelles.
  • la boucle n°5 (les sites du débarquement à vélo) entre Bayeux et Arromanches-les-Bains
  • la boucle n°6 : Caumont-l’Eventé, Les Loges, Cahagnes, Tracy-Bocage et Saint-Germain-d’Ectot.
  • la boucle n°7 (les véloroutes du Pays d’Auge) au départ de Livarot.

4 nouvelles boucles cyclables doivent être mises en service pour l’été 2022 :

  • la boucle n°11 (les marais de l’Aure) au départ d’Isigny-sur-Mer. Cette boucle de 51 km (un raccourci est prévu) passe au nord et au sud des marais de l’Aure et est connectée avec La Vélomaritime.
  • la boucle n°12 (Cidre et Pays d’Auge) au départ de Cambremer ou Beuvron-en-Auge. Longue de 35 km, elle emprunte une grande partie de son itinéraire à la véloroute Pont-L’Evêque – Troarn (V1401) … attention au relief !
  • la boucle n°14 (Honfleur, paysage des Impressionnistes), longue de 23 km au départ de La Rivière-Saint-Sauveur.
  • enfin, la boucle n°15 (Patrimoine et châteaux en vallée de la Laize). Longue de 38 km, elle permet de longer l’Orne et la Laize. Le Département a recensé neuf points touristiques d’intérêt sur le parcours : Les Roches du Val d’Orne à May-sur-Orne, la ferme manoir à Mutrécy, le portail de l’église de Boulon, le château Saint-Hubert à Barbery, le manoir d’Urville, le château de Bretteville-sur-Laize, le moulin de la Jouette et le château de Fresney-le-Puceux. Cette boucle emprunte la voie verte de la Suisse Normande entre Le Pont-du-Coudray et Percouville (notre photo d’illustration).

Les 8 boucles cyclables citées dans cet article sont présentes sur la dernière édition de la carte « Le Calvados à vélo » éditée par le département et disponible à la Maison du Vélo et dans les Offices de Tourisme.

Nous avons parcouru ces boucles cyclables sur la base des informations qui nous ont été fournies par le Conseil Départemental et nous les avons cartographiées sur le site de l’AF3V. Accès au site de l’AF3V.

La voie verte de la Liberté

Vendredi 29 avril, le département du Calvados a inauguré la voie verte de la Liberté entre Grandcamp-Maisy et Vierville-sur-Mer, nouveau tronçon de La Vélomaritime dans le Calvados. Depuis le lancement de la Vélomaritime à l’été 2021, cette partie faisait l’objet d’un itinéraire provisoire en route partagée plus au sud. Long de 14 km, dont 10,8 km en voie verte, ce nouveau tronçon offre des points de vue inédits sur les Falaises du Bessin et le site historique majeur de la Pointe du Hoc. La voie verte de la Liberté est un parcours chargé d’histoire lié au débarquement en Normandie (des opérations de déminage ont été nécessaires). C’est également un parcours nature situé en zone Natura 2000 dont l’aménagement tient compte de la protection de la biodiversité dont certaines espèces endémiques tant du point de vue ornithologique que botanique. Au regard des contraintes environnementales et de la loi Littoral, le revêtement a été effectué en stabilisé avec un liant qui semble très efficace.

Une forte délégation de Dérailleurs était présente à cette inauguration et notre drapeau, fièrement porté par François-Régis, a longtemps accompagné le président du département du Calvados, Jean-Léonce Dupont.

A l’occasion de cette inauguration, nous avons réalisé une petite vidéo que vous pourrez retrouver ici : Voie verte de la liberté (4:09)

Pour de plus amples informations, vous pouvez également consulter le dossier de presse du département du Calvados : Dossier de presse (PDF – 18Mo)