Dérailleurs

Plan Vélo départemental : la Vélo Francette

Le plan vélo départemental du Calvados : 2ème partie. Dans l’article introductif, nous avons esquissé un rapide portrait du plan vélo départemental de 2004. Nous allons maintenant examiner plus en détail les propositions et réalisations de ce plan vélo en commençant par la barre verticale du « T » départemental, à savoir la partie calvadosienne de la V43 Ouistreham – La Rochelle, plus connue maintenant sous le nom de « Vélo Francette » et déclinée partiellement dans notre département sous l’appellation de « Voie verte de la Suisse Normande« . La jonction entre Caen et Condé-sur-Noireau a donc été inscrite dans le plan vélo départemental en 2004 alors que le projet de  la V43 Ouistreham – La Rochelle n’a été intégré qu’en 2010 au SN3V (Schéma national des véloroutes et voies vertes). Il existait auparavant un projet de liaison Manche-Atlantique porté par l’AF3V, mais dont la partie septentrionale partait de Cherbourg pour rejoindre Angers.

La V43 ou Vélo Francette : à tout seigneur tout honneur. Le plan vélo annonçait une armature en forme de T, dont la V43 (ou plus exactement la partie calvadosienne de la véloroute nationale N°43, surnommée maintenant « Vélofrancette », et reliant Ouistreham à La Rochelle) constituait la barre verticale. En 2004, le « chemin de halage » de Caen à Ouistreham existait déjà. Il a été refait depuis, et prolongé vers le sud, au-delà de Caen, jusqu’à Thury-Harcourt, par la « voie verte de la Suisse normande ». Après Thury-Harcourt (désormais commune du Hom), la véloroute se poursuit en « voie partagée » (avec les véhicules motorisés), via Clécy et Pont d’Ouilly jusqu’à la limite sud du département.

Une réussite exemplaire … L’ensemble constitue la réalisation majeure du plan vélo. C’est une réussite, et l’importante fréquentation sur l’ensemble du parcours le démontre. La voie verte de la Suisse normande (Caen-Thury) est à bien des égards exemplaire, tant dans le choix de l’itinéraire  que dans la qualité de la réalisation et l’entretien.

… mais perfectible. Cependant, une étude plus détaillée des aménagements amène quelques nuances.

  • A Ouistreham (la V43 débute officiellement au niveau du Casino) n’est pas satisfaisante : largeur insuffisante, conflits piétons/vélos et même, au niveau de la halle aux poissons, conflits vélos/piétons/voitures, revêtement inégal, traversées de rues dangereuses. Le récent réaménagement du parking de la gare maritime n’a malheureusement pas apporté d’améliorations (au contraire ?). On est ici en milieu urbain, et le partage de l’espace est clairement fait au profit des véhicules à moteur. Il serait temps de changer d’époque et de revoir ce parcours. Pourtant, à notre connaissance, rien n’est prévu.
  • De Ouistreham à Caen, la voie est bien revêtue. Des travaux ont été entrepris au niveau du pont de Colombelles pour améliorer la traversée, et ils donnent plutôt satisfaction. Cependant, le passage derrière le bâtiment est étroit et sans visibilité. A Bénouville (Pegasus bridge), la situation est plus chaotique : circulation importante sur la route côtière, terrasse envahissante du café Gondrée, nombreux piétons … L’espace reste peu « lisible ». Ce site important mériterait un réaménagement. Sur l’ensemble du parcours, la présence des barrières devrait être questionnée : elles constituent une gêne, voire un danger, pour les cyclistes. Les jours d’affluence, le partage piétons/rollers/vélos est parfois difficile : cela ne peut qu’inciter à construire davantage de voies vertes ! En milieu périurbain, il faudrait aussi se poser la question de la largeur de la voie.
  • A Caen, la qualité est inégale, et l’itinéraire mériterait là aussi une sérieuse mise à niveau : gestion des circulations au niveau du club d’aviron, largeur de la piste avenue de Tourville, stationnement autour du bassin St Pierre le dimanche, jour de marché, conflits avec les piétons et qualité du revêtement partout. Nous n’avons pas d’information précise sur le passage de la V43 aux abords de la nouvelle bibliothèque : c’est un point à étudier. Enfin, le jalonnement est incomplet, et pas cohérent avec disparition à Caen des logos et appellations V43 / Vélo Francette.
  • De Caen au Hom, le revêtement est excellent, la largeur correcte malgré là aussi, certains jours, une cohabitation parfois difficile entre les différents usagers, et qui ne peut pas être réglée par l’affichage auquel nous nous sommes opposés, sur le premier tronçon, d’une vitesse limitée pour les vélos. Se posent les questions des barrières (sont-elles utiles ? gênantes ? dangereuses ?) et des priorités. En effet, les cyclistes – mais ni les piétons, ni les rollers – doivent systématiquement céder le passage, parfois s’arrêter à des « STOP », y compris pour des chemins agricoles. Le bon usage voudrait que, d’une façon générale, la priorité aille à la voie la plus fréquentée : c’est souvent la voie verte !
  • Du Hom à Clécy : c’est un itinéraire provisoire, par de petites routes agréables, mais où les montées dépassent parfois 12%, ce qui limite l’usage de cette véloroute. Mais c’est sans doute le meilleur itinéraire possible sur cette liaison, et il devrait céder la place d’ici deux ans à une voie verte que nous espérons aussi bonne que celle du tronçon précédent, même si nous pouvons craindre par endroits une largeur réduite pour des raisons techniques (espace disponible sur l ‘emprise ferroviaire).
  • De Clécy à Pont d’Ouilly et au-delà : ce sont de petites routes agréables destinées à un cyclotourisme de moyenne à longue distance et pour un public plutôt entrainé (côtes)
  • Le jalonnement. Sur l’ensemble de l’itinéraire, le jalonnement est bon lorsqu’on circule sur la véloroute. En revanche, les destinations de proximité restent insuffisamment indiquées et, malgré quelques panneaux récents, il n’y a pas assez de jalonnement de « rabattage » pour les cyclistes qui passeraient aux environs (en particulier des cyclotouristes mal informés circulant sur la départementale).

La semaine prochaine, nous ferons un bilan de la barre horizontale du « T », cette partie de l’Euro Véloroute N°4 (Roscoff-Kiev) qui emprunte le littoral de notre département entre Isigny-sur-Mer et Honfleur.

3 commentaires sur Plan Vélo départemental : la Vélo Francette

  • leligny

    Bonjour, bravo pour votre état des lieux de cet axe que je fréquente souvent. Je ne vois pas grand chose à rajouter. Si peut-être que le problème de cohabitation est le plus problématique pour le cycliste. Piétons au téléphone qui zigzague sur la piste cyclable, alors qu’il existe une allée piétonne, groupes qui ne se rangent pas et prennent toute la voie, chien sans laisse ou laisse avec le maître d’un côté et le chien de l’autre, au choix! Voici quelques-uns des risques de chute le dimanche matin! L’infrastructure n’a rien à voir là-dedans. C’est juste une question de savoir vivre avec les autres, de « take care » faire attention à l’autre. Ce n’est pas dans la mentalité française. C’est une question d’éducation tout simplement. Peut-être faudrait-il mettre des panneaux rappelant quelques règles de partage de la voie, et de civilité, ou une campagne…

    Quant aux barrières clairement dangereuses lorsque l’on a des sacoches remplies derrière le vélo. Ce sont plutôt des chicanes d’ailleurs. Peut-être faudrait-il que le passage soit plus large?

  • Erman

    Bonjour à tous,
    Une bonne nouvelle, depuis cette semaine ont débuté les travaux de la section Pont de la Mousse- Clecy
    Le déblaiement a commencé au niveau de la gare de Saint Remy.

  • Merci Erman !
    C’est effectivement une très bonne nouvelle car très attendue. J’ai hâte de rouler sur cette nouvelle portion de la Vélo Francette.
    Je vais même aller voir les travaux et faire des photos.
    Merci pour l’info très précieuse.
    Luc Biétry

Laisser un commentaire