Dérailleurs

Plan vélo départemental : les autres itinéraires

Le plan vélo départemental du Calvados : 4ème partie. Après deux articles consacrés au « T » départemental, à savoir pour la barre verticale le tronçon de la Vélo Francette allant de Ouistreham à Condé sur Noireau et pour la barre horizontale la partie calvadosienne de l’EuroVelo route n° 4 Roscoff-Kiev, voici un petit bilan du réseau que nous qualifions de secondaire bien que, sur une carte, les deux liaisons nord-sud, la véloroute des Plages du Débarquement au Mont Saint Michel d’une part et la véloroute des Marais de la Dives d’autre part, sont très intéressantes.

La véloroute des Plages du Débarquement au Mont Saint Michel.
C’est une véloroute dont la  vocation est le « cyclotourisme de longue distance », sauf entre Bayeux et la mer, et aux abords de Vire, où elle a aussi un intérêt pour la promenade ou les déplacements de proximité. Sur la quasi totalité du parcours, il n’y a pas d’aménagement spécifique autre qu’un jalonnement assez minimaliste. C’est cependant une réalisation intéressante, qui permet, grâce aux liaisons (pour l’instant dans la Manche, voire l’Orne, mais peut-être ultérieurement sur la côte et au sud du Calvados), d’envisager de beaux circuits sur plusieurs jours. Le secteur Villers-Bocage/Vire/Pont Farcy présente cependant des dénivelés qui limitent la fréquentation à des cyclotouristes ayant un peu d’entraînement.

  • Entre Port en Bessin et Bayeux, le seul reproche sera la sortie ouest de Port. Certes, la vue est belle, mais la pente est trop forte (18%), partiellement mal revêtue (pavés), et donc dangereuse dans les deux sens. Un itinéraire de substitution (cyclistes chargés, enfants) serait nécessaire. Ensuite, on roule sur de petites routes agréables.
  • Entre Arromanches et Bayeux, le choix de l’itinéraire est bon, le revêtement globalement correct. Le jalonnement, en particulier à Arromanches, est perfectible.
  • A Bayeux et aux environs, on trouve quelques tronçons de pistes cyclables, malheureusement pas toujours réalisés dans les règles de l’art.
  • Entre Bayeux et Villers Bocage, l’itinéraire constitue une alternative beaucoup plus agréable, mais aussi beaucoup plus longue, que la grosse et fréquentée D6 qui relie ces deux communes.
  • De Villers Bocage à Pont Farcy et Vire, l’itinéraire est globalement agréable, malgré quelques passages qui mériteraient d’être revus (sortie ouest de Villers sur une route très fréquentée), et des pourcentages de côtes importants, difficilement évitables dans ce secteur. Cependant, le passage par le viaduc de la Souleuvre n’était peut-être pas la bonne option …
  • Près de Vire et au-delà : des pistes cyclables pas toujours bien conçues, et une voie verte au revêtement inapproprié au vélo rapide (stabilisé)

A noter sur cet itinéraire : deux belles « haltes randonneurs », à St Vaast sur Seulles et St Germain de Tallevende.

La belle halte randonneurs de St Vaast sur Seulles

La véloroute des marais de la Dives.
Elle relie Cabourg, Troarn, Mézidon, Livarot et Lisores, à la limite avec l’Orne. Au nord de Mézidon, ce sont essentiellement de petites routes, sans aménagements spécifiques ou presque, et avec un jalonnement assez basique. Au sud de Mézidon, c’est une voie verte au revêtement dégradé, mais qui doit être refaite de 2017 à 2019.
C’est un peu le pendant de la véloroute « Plages/Mont St Michel » pour l’est du département : elle permet des itinéraires de cyclotourisme intéressants. Cependant, le manque d’aménagement fait qu’elle n’apporte que peu d’intérêt aux promenades locales, ou aux déplacements.

  • Au départ de Cabourg, un chemin a été aménagé (revêtement en stabilisé) dans le marais. C’est intéressant, car il y a peu d’alternative (routes importantes) pour aller vers le sud. Cependant, il se dégrade (trous, passage de chevaux), et mériterait un entretien plus soigneux.
  • On roule ensuite sur de petites routes pas si désertes que ça (dont le célèbre chemin de l’Anguille). Des aménagements pour les carrefours avec des routes fréquentées, et, sur certains tronçons, une limitation de la vitesse des véhicules motorisés (à 70, voire 50, voire 30 km/h) seraient nécessaires.
  • A Troarn, et plus encore à Mézidon, des aménagements cyclables seraient appréciés.
  • Le réaménagement prévu de la voie verte entre Mesnil Mauger et Lisores devrait permettre à cette véloroute de gagner en intérêt, et donc en fréquentation.
  • Le jalonnement, sur la véloroute et aux abords, mériterait une mise à niveau.

La voie verte de l’Ante.
A l’est de Falaise, cette voie verte ancienne en stabilisé n’offre dans son état actuel qu’un intérêt limité à la petite promenade locale. Encore faut-il la trouver…

Les itinéraires non réalisés, ou partiellement.
Le plan vélo prévoyait d’autres projets (prévus pour une réalisation en 2016, sans y inclure les projets à plus long terme également évoqués … ) sur lesquels nous n’avons aucune information :

  • un itinéraire vers l’ouest de Bayeux (Le Molay Littry, puis St Lô)
  • un itinéraire sud : Vire-Condé/Noireau/Falaise/Livarot
  • un itinéraire Caen/Troarn/Pont l’Evêque
  • un itinéraire Caen/Villers Bocage
  • un itinéraire Pont l’Evêque/Lisieux
  • un itinéraire Lisieux/Livarot
  • un itinéraire Lisieux/Orbec/jonction avec l’Eure

Le plan prévoyait aussi des aménagements aux sorties de Caen et Lisieux : ils existent partiellement, et ont parfois, pour les plus anciens, bénéficié grâce au plan vélo d’une remise en état (Caen/Buron ; Caen/Epron) mais mériteraient souvent une réflexion plus approfondie, liée à la problématique des déplacements périurbains.

Les itinéraires inclus a posteriori.
Les documents d’information, et notamment la pochette de fiches éditées chaque année, dont nous avons souligné l’intérêt et la qualité, recensent des aménagements qui ne figuraient pas dans le plan vélo. D’ailleurs, certains ne figurent pas non plus sur le terrain … Voici quelques remarques à ce sujet, sur la base des fiches de l’édition 2016. Charger CalvadosVelo2016.

Fiche n°1, véloroute littorale. Y figure un itinéraire Etreham-Colleville par les D123 et D208, que nous ne connaissons pas.

Fiche N°2, véloroute littorale. Y figurent :

  • des pistes cyclables autour de Bayeux, et un itinéraire Manvieux/Bayeux, qui feront l’objet d’un article spécifique.
  • une liaison « par l’intérieur » entre Arromanches et Courseulles. Cet itinéraire aménagé, avec l’aide du Conseil départemental dans le cadre du plan vélo, par la communauté de communes, n’est pas inintéressant. Il a fait l’objet d’un article sur notre site. Il a cependant de nombreux défauts, qui le rendent peu recommandable : le choix du tracé semble avoir été dicté par la volonté de passer par toutes les communes de l’intercom, ce qui le rend inutilement compliqué entre Ver et Courseulles ; surtout, de nombreux tronçons sur des chemins ne sont pas aménagés conformément aux règles de l’art (largeur, revêtement), et sont souvent adaptés exclusivement à la pratique du VTT. Réalisé grâce à des subventions européennes et départementales, cet itinéraire s’apparente à nos yeux à un gaspillage d’argent public.
  • Une piste cyclable à Courseulles sur la D79, qui ne répond pourtant pas entièrement aux critères de qualité édictés par le Conseil départemental.
  • Une piste cyclable sur la D219 à Saint Aubin sur Mer, qui ne répond pas aux règles de l’art, et n’est pas conforme au Code de la route.

Un aspect de la boucle BSM de Arromanches à Courseulles

Fiche N°3, véloroute littorale. On y trouve de nombreux aménagements qui, dans la  réalité, n’en sont pas vraiment :

  • A Luc/Mer, des pistes cyclables sont en fait des rues bénéficiant d’un double sens cyclable. C’est intéressant, mais ce n’est pas la même chose.
  • A Douvres, des pistes qui n’existent pas, une voie verte qui n’en est pas une, et une piste vers Cresserons qui manque d’entretien. A Hermanville, Colleville-Montgomery et Ouistreham,  des pistes cyclables qui n’existent pas. Ces points feront l’objet d’un article spécifique.
  • Dans la communauté de communes de Cabalor, des aménagements qui sont souvent loin de répondre aux critères de qualité édictés pourtant par le Conseil départemental pour participer au financement de tels projets : un article spécifique leur sera consacré.
  • Autour de Caen, des aménagements qui sont là aussi sujets à caution pour certains,  très dégradés ou sans intérêt pour d’autres. Un article spécifique serait là aussi nécessaire pour séparer le bon grain de l’ivraie.

Fiche N°7 . Autour de St Sever, un aménagement que nous ne connaissons pas.

Fiche N°9.

  • au sud de Caen (Bretteville/Odon, Louvigny, Verson) : des aménagements de qualité très variable, mais répondant rarement correctement aux critères édictés par le Conseil départemental.
  • entre la V43 et Vieux, une liaison intéressante mais qui emprunte pour moitié de son parcours un chemin pierreux en forte pente, ne correspondant pas au cahier des charges d’une véloroute.

Conclusion.
Le plan vélo suscitait de nombreux espoirs. Ses réalisations mélangent le meilleur au pire et, surtout, il est loin d’avoir été mené à terme. En-dehors de la V43, et surtout de la voie verte de la Suisse normande, les  aménagements ont surtout été des créations d’itinéraires cyclables par jalonnement de routes existantes, avec de rares aménagements ponctuels, et un financement de projets réalisés par d’autres collectivités (communautés de communes essentiellement), qui ne répondent malheureusement que trop rarement aux critères de qualité attendus, tant par les cyclistes que nous sommes, que par le Conseil départemental lui-même dans ses documents, ou encore au regard du Code de la route ou des « règles de l’art » rédigées par CEREMA, organisme du Ministère de l’écologie.

Au terme des douze années, ce n’est cependant pas un échec : la place du vélo a progressé, et l’attention portée par le Conseil départemental aux cyclistes est sans commune mesure avec ce qu’elle était il y a 12 ans.

Vous trouverez ci-dessous une carte récapitulative des principales véloroutes et voies vertes de notre région, avec l’aimable autorisation de l’AF3V (Association Française pour le développement des Véloroutes et Voies Vertes).

© AF3V - Tous droits réservés. Reproduction interdite sans autorisation

Voir en plein écran

1 commentaire sur Plan vélo départemental : les autres itinéraires

  • Bonjour à tous,

    je ne résiste pas au plaisir de partager une info de première importance,

    info vérifiée hier sur le terrain :

    la future voie verte de la Suisse normande débouchera au lieu-dit Les Vallées à Clécy,
    au passage à niveau n°18,
    au croisement avec de la D 168,
    soit bien après le viaduc de la Lande-Clécy ! :-)

    Bonne nouvelle.

    État d’avance ment des travaux : les fondations de la voie verte sont terminées =>
    cailloux en place et compactés.
    Toujours pas d’enrobé.

    Ce tronçon entre Clécy et le pont de la Mousse doit être livré à la fin de cet été mais…
    Ça peut durer plus longtemps. On commence par connaitre la chanson.

    Hier, dimanche 4 juin 2017, au débouché de la voie verte, il y avait une buvette installée dans un champ.
    Une bonne idée cette buvette.

    Voilà.
    On continue.
    @+
    Luc

Laisser un commentaire